M. Ward

on 28/2/11 | permalien | Retour à la fiche artiste

M Ward à la Gaité Lyrique, 13 mai 2011 (07/06/2011)
Dieu qu'il y en avait des Américains ce soir-là. L'attente ne fut guère longue avant de retrouver deux  guitares sur scène et imaginer d'éventuels morceaux sur cet imposant Steinway & Son.
lire l'intégralité de l'article
Primavera 2011 : Pulp, Belle and Sebastian, PJ Harvey... (02/06/2011)
Ahhh, le Primavera Sound Festival. En voilà un bien agréable jalon de l'année musicale ! Le concert d'Elysian Fields de la veille est encore bien présent dans mon esprit quand je prends la route vers Barcelone, me lançant dans un mélange de covoiturages divers et variés. Longue route mais sans encombres majeures, si ce n'est une heure d'arrivée tardive, alors que les concerts commencent au Parc...
lire l'intégralité de l'article
M. Ward - Hold Time (03/04/2009)
Après une expérience très remarquée l'année dernière avec "She and Him", M. Ward nous revient avec "Hold Time". Le ton est donné dès la première chanson avec le petit coté désuet, suranné de "For Beginners". M. Ward chante à tue-tête "When you're absolute beginners, it's a panoramic view".
lire l'intégralité de l'article
M. Ward - Post-War (28/11/2006)
Que dire d'un nouvel album de Matt Ward qu'on n'ait déjà dit des précédents ? Non pas que le discret Américain refasse toujours le même disque ; simplement, ce "Post-War", sorti chez 4AD pour l'Europe, brille des mêmes qualités qui faisaient de "Transfiguration of Vincent" (2003) et "Transistor Radio" (2005) des compagnons sûrs et durables.
lire l'intégralité de l'article
M. Ward - Interview (20/04/2005)
Auteur de quatre disques alternant titres instrumentaux (de moins en moins) et chansons (de plus en plus), Matt Ward est l'un des plus beaux trésors d'Amérique, ami de Howe Gelb, Vic Chesnutt, Jason Lytle ou Conor Oberst, cousin de Sufjan Stevens, Iron & Wine et de tous ces artisans discrets mais décisifs, dont la musique semble couler de source.
lire l'intégralité de l'article
M. Ward - Transistor Radio (02/03/2005)
Matt Ward est un type plutôt discret. Le genre à ne garder de son prénom que l'initiale, à ne jamais montrer sa trombine sur ses pochettes – réalisées par son fidèle comparse John King -, et à jouer les musiciens d'appoint pour ses nombreux amis (Bright Eyes, notamment). Ce qui peut expliquer pourquoi ce trentenaire avenant, célébré par toute la scène indé américaine, reste l'un des secrets les...
lire l'intégralité de l'article
Acuarela Songs (06/03/2002)
Le label madrilène Acuarela, à l'occasion de sept années d'existence, a conçu un recueil d'inédits autour du mot "aquarelle" (acuarela, watercolor...), publié en décembre dernier. Il s'agit d'une sorte d'extra, qui réunit sur un double CD une bonne trentaine d'artistes différents.
lire l'intégralité de l'article
M. Ward - End Of Amnesia (19/09/2001)
Quelques mois auront été nécessaires pour appréhender pleinement ce disque : à la fois plus discret et plus ambitieux que son prédécesseur "Duet for guitars#2", "End of Amnesia" est une oeuvre à combustion lente, pas à consommation immédiate, qui demande un temps d'approche chez l'auditeur.
lire l'intégralité de l'article
M. Ward - Duet For Guitars #2 (18/03/2000)
Un petit paquet arrivé par la Poste de la part d'une camarade internaute passionnée par le folk américain et en particuliers par un de ses célèbres canards boiteux, Vic Chesnutt, voilà qui est très tentant. Surtout qu'en lisant la petite biographie du groupe, on trouve une jolie histoire comme on les aime bien : Matt gratouille, comme nombre de personnes, sa guitare en compagnie de son camarade...
lire l'intégralité de l'article

  • Facebook
  • Twitter
Retour à la fiche artiste

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews

les artistes