Primal Scream

permalien | Retour à la fiche artiste


PRIMAL SCREAM

> Bobby Gillespie et Primal Scream: peu d'artistes auront eu un parcours aussi singulier et contradictoire que Bobby Gillespie, ancien membre d'un groupe mythique et fondateur de la scène pop indépendante, adepte du rock le plus classique avec son propre groupe, et au bout du compte, grand vulgarisateur d'un crossover entre musiques électroniques et indie.

Bobby Gillespie est encore batteur du Jesus and Mary Chain, alors à ses débuts, quand il crée sa propre formation, Primal Scream, en 1984. Le groupe opte alors pour une option musicale à l'opposé de celle des frères Reid : pas question de pop noyée dans des océans de guitare, mais au contraire, d'un bon vieux rock 60's, servi par les deux guitaristes, Andrew Innes et Robert Young. C'est pourtant bien le circuit indie qui assure leur notoriété, puisque le groupe signe sur Creation, et propose l'un de ses morceaux sur la fameuse cassette compilation C86. Le premier album, "Sonic Flower Groove", sorti en 1987 après deux enregistrements, est d'ailleurs dans la droite lignée de celle-ci.

Sur le second, cependant, le côté rétro s'accentue, Bobby Gillepsie s'inspirant largement du rock dur et proto-punk du début des 70's (Stooges, MC5), voire, carrément, des Rolling Stones. On pense que Primal Scream a trouvé sa voie, mais en cette fin des 80's, une bourrasque appelée house music change la donne. Embarqué dans le mouvement, comme tant d'autres anglais, Gillespie décide de confier son nouveau single, "Loaded", à un DJ, Andrew Weatherall, qui lui fait suivre un traitement dub implacable. Aussitôt sorti, "Loaded" est un triomphe, et réconcilie un temps rockers impénitents et adeptes des dance floors. Enregistré avec le renfort de Weatherall, mais aussi de Hugo Nicolson et de the Orb, "Screamadelica" parachève le succès du single, offrant un nouveau public à la house et la techno.

L'album suivant, "Give Out But Don't Give Up" est un nouveau changement radical. Primal Scream revient à nouveau au coeur des 70's, pour un rock sudiste, volontiers hard. Sans succès. L'album est un échec critique et commercial. Aussi Gillespie décide-t-il de rappeler Weatherall en 1997 pour sortir Vanishing Point, renouer avec l'électronique et le groove de Screamadelica et, au bout du compte, recueillir un nouvel accueil favorable.

Sylvain


> Discographie :

> Sonic Flower Groove (Creation, 1987)
> Primal Scream (Creation, 1989)
> Screamadelica (Creation, 1991)
> Give Out But Don't Give Up (Creation, 1994)
> Vanishing Point (Creation, 1997)
> Xtrmntr (Creation, 1999)
> Evil Heat (Sony, 2002)
> Riot City Blues (2006)
> Beautiful Future (2008)

 

  • Facebook
  • Twitter

Retour à la fiche artiste

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews

les artistes