[English version]

Au programme de POPvolume#1 :

> THE APARTMENTS
> ASHTRAY
> BRIAN
> BURZINSKI
> DAKOTA SUITE
> EDITH FROST
> IDAHO
> LENOLA
> PALOMA
> SALOON
> SPLINTER
> STEPH SONOTONE
> VERA CLOUZOT
> WILLARD GRANT CONSPIRACY
> WILLIAM PEARS

Les bons tuyaux de POPnews

THE APARTMENTS
L'expression qui qualifie le plus couramment The Apartments est celle de "secret le mieux gardé de l'univers". Peter Milton Walsh, membre pivot de ce groupe australien fondé en 1985, définit lui-même son territoire comme celui de l'absence et de la perte. Dans la confidentialité la plus parfaite, il a pourtant acquis une présence extraordinaire avec l'élégance et la mélancolie de ses morceaux en clair-obscur.

Titre : "Knowing You Were Loved" (version acoustique)
Site : http://www.tt.net/hot/apartments.html

ASHTRAY
Musique frêle, fébrile, maladive, fragile, diaphane, mélodies anorexiques au charme discret et à l'attirance inquiétante. Le monde d'Ashtray est fait de toutes ces nuances de sombres qui hantent notre quotidien. Musique d'automne pluvieux et d'hivers au coin du feu, entre laisser tomber et laisser faire, les mélopées improbables jettent un froid et mobilisent l'attention de l'auditeur hypnotisé comme la proie par le serpent. Musique dangereuse.

Titre : "Fall Into You" (inédit)
e-mail : contact

BRIAN
Ken Sweeney, membre unique de Brian, compose des petites merveilles pop dans son coin d'Irlande depuis 1992. Une pop ligne claire servie par une voix touchante, dans la mouvance des Field Mice, d'une délicatesse et d'un raffinement à faire pâlir d'envie la plupart des songwriters anglais. Ken Sweeney occupe une place bien à part dans notre univers musical. Sa mélancolie et sa fragilité ne sont pas sur le point de nous quitter.

Titre : "She Takes You Away" (rare)
Site : http://www.aald.demon.co.uk/brian/

BURZINSKI
Derrière ce nom à la limite de l'imprononçable, Burzinski, se cache une unique personne. Etant passé par les phases habituelles de la vie musicale en communauté, Laurent a choisi sa voie : travailler seul et tenter de maîtriser le plus d'instruments pour ne plus avoir à gérer les egos des autres. Bref le garçon ingurgite la guitare, la basse, le chant, l'écriture (en français) et s'en remet à son ordinateur pour la batterie. Burzinski a dû être largement secoué à la découverte des deux premiers albums des Jesus & Mary Chain ("Psychocandy" et "Darklands") mais parfois, malgré un son toujours tendu, la guitare laisse le devant à des mélodies plus pop portées par le chant. Mais ce qui touche le plus ce sont sûrement les textes sombres et poétiques, évitant allègrement le piège du larmoyant, chantés par une voix aux contours jamais totalement assurés.

Titre : "L'amertume" (inédit)
Chronique : Le soir des songes distants
Site : http://burzinski.free.fr

DAKOTA SUITE
Dakota Suite est de l'acabit de groupes comme Tindersticks, Lambchop, Arab Strap ou Migala. Si le groupe est originaire de Leeds, c'est surtout en direction des Etats-Unis que l'on lorgnera côté influences/famille. Car Dakota Suite n'a rien d'un groupe prétentieux made in England et ressemble plutôt à une sorte de croisement magnifiquement réussi entre le spleen porté par les guitares de Sophia et la fragilité tenue des compositions de Low. Les mélodies, très architecturées, du leader Chris Hoosen embellies par la basse d'Andrew Thrower et surtout par les divers instruments joués par Richard Formby (orgue, luth, piano, harpe, harmonica ...) donnent envie de fermer les yeux, de se couper du monde pour ainsi profiter le plus longtemps de ces chansons qui viennent insidieusement investir et affoler tous nos sens.

Titre : "When Skies Are Grey" (inédit)
Chroniques : Alone with Everybody/Songs For a Barbed Wire Fence, Navigator's yard
Site : http://www.hooson.demon.co.uk/

EDITH FROST
Vivant à Chicago et ayant un patronyme pareil, on n'est pas surpris du premier abord froid des deux albums d'Edith Frost. Pourtant en s'emmitouflant dans ses mélodies, en se faisant cajoler par sa douce voix, on découvre petit à petit la chaleur délicate de ses compositions et le plaisir de s'y prélasser.

Titre : "Follow" (inédit)
Site : http://www.edithfrost.com

IDAHO
Idaho, groupe issu de Los Angeles, n'en finit pas d'aligner des morceaux de génie depuis 1992, promenés de label en label, mais toujours en vie grâce à l'obstination de Jeff Martin et à ses quelques économies, toujours aidé par Dan Seta. Ces gens se contrefoutent des modes, du post rock ou autres considérations sur la nécessité d'évoluer. Ils continuent tranquillement à creuser leur sillon. Inutile de s'aventurer au petit jeu des comparaisons, cette musique est trop personnelle : chansons empreintes d'une mélancolie de fin d'après-midi, rythmiques brisées et mélodies vagabondes, magnifiques larsens en fond sonore, guitare à 4 cordes et morceaux linéaires. Et un son caractéristique, une extraordinaire capacité à faire sonner deux notes pour installer une ambiance. La sublime voix de Jeff Martin est à la limite de l'extinction, comme frôlant le silence. De la musique comme catharsis. Ou plutôt, de la musique comme journal intime.

Titre : "Evolution Is Cold" (inédit)
Chronique : Alas
Site : http://www.idahomusic.com/

LENOLA
Après trois albums de pop tremol-o-dacieuse et punk psychédélisé, ce quartette de Philadelphie sait adroitement paralyser les sens. Si la comparaison avec My Bloody Valentine se justifiait à la sortie de leur premier album, "The Last Ten Feet Of The Suicide Mile", en 1996, les membres de Lenola, avec chaque nouveau disque, deviennent de vrais magiciens, des jeunes sorciers capables de forger un nouveau système solaire avec un coup de guitare. Des vagues de distorsion et d'accords oscillants épaulent leurs mélodies délicates et élégantes. A l'écoute d'une seule chanson, on se sent au seuil de la Création elle-même.

Titre : "I Hide Behind" (inédit)
Chronique : My Invisible Name
Site : http://www.phillymusic.com/lenola/

PALOMA
Quand on vit à Moulins dans l'Allier, pas très étonnant que l'on recherche ses héros chez ces magnifiques "losers" américains que sont Will Oldham et Sparklehorse. C'est justement le cas de Laurent Vaissière, seul maître à bord de cette barque lo-fi qu'est Paloma. Une barque miniature où se pressent guitare minimaliste, bidouilles électroniques diverses et voix discrète.

Titre : "Let's Sign For" (inédit)
Site : http://www.multimania.com/darjeelingsounds/

SALOON
Trois garçons et deux filles qui, grâce à une musique classieuse et originale sont soudainement devenus nos amis. Amanda à la guitare et au chant, Matt à la guitare, Mike à la batterie, Alison au violon et Adam à la basse sont entrés dans notre vie il y a à peine trois minutes et on les connaît déjà depuis toujours. Leur musique est faite de couches d'instruments planants et de vocaux doux et hypnotiques ; Adam maltraite sa basse (et occasionnellement les claviers) pour en sortir un groove autour duquel s'enroulent le violon et les guitares. Difficile de leur trouver une étiquette, une étagère pour les ranger, ils associent les expérimentations du Velvet à la pure pop de Saint Etienne. Genre de Felt sur la lune ou de My Bloody Valentine des cours de recréation, les cinq de SALOON se sont créé leur univers à eux. Un univers aux contours incertains où le visiteur est le bienvenu.

Titre : "Conquistador" (inédit)
Site : http://www.saloon.co.uk/

SPLINTER
Groupe schizophrène se battant avec/contre ses influences, Splinter offre à l'auditeur l'occasion de se plonger dans le bouillon des guitares placeboesques et de se laisser aller au courant des voix bien maîtrisées, parfois rageuses, parfois en suspension...

Titre : "Besides" (inédit)
e-mail : contact


STEPH SONOTONE
Sous le parrainage de Jason Falkner et Mark Linkous, Steph Sonotone délivre une pop électrique et festive avec des guitares powerpop à la Lemonheads et une voix bien maîtrisée diffusant des textes soignés... Les paroles font parfois penser à un Miossec souffrant de priapisme partageant l'écriture avec un Matthieu Boogaerts facétieux. Des morceaux qui s'enchaînent, jamais tout à fait pareils, entraînants. Des textes légèrement plus travaillés et nous tenons avec Steph Sonotone un nouvelle pierre blanche pour la cheminée de la pop française.

Titre :"Toufland" (inédit)
Chronique : Toufland
Site : http://www.multimania.com/sonotone/

VERA CLOUZOT
Sur ses deux premiers albums auto-produits, Vera Clouzot semblait avoir écouté en boucle les albums des Red House Painters et de Mark Eitzel pour en ressortir une même intensité, une même fragilité, une même intimité. Le trio lillois revient pour un troisième album en français, sur lequel il affiche un son plus personnel tout en conservant ses éléments habituels : des guitares sèches, un accordéon savamment invité et un violoncelle acrobate, ainsi que le chant nonchalant mais également poignant de Pierre Laplace.

Titre : "L'orage" (inédit)
Chronique : The Moon When The Cherries Are Ripe
e-mail : veraclouzot@popnews.com
Site : http://www.popnews.com/veraclouzot/

WILLARD GRANT CONSPIRACY
Plus qu'un groupe, Willard Grant Conspiracy est un véritable collectif gravitant autour du noyau Robert Fisher / Paul Austin et se nourrissant des influences de tous les membres. Avec leur troisième album "Mojave", ils sont venus confirmer tout le bien que l'on pensait de leurs mélodies mêlant tout naturellement la folk/country de nos héros américains (Lambchop, Vic Chesnutt) et le rock urbain édicté par le Velvet Underground.

Titre : "Sunday Morning Coming Down" (inédit)
Chroniques : Mojave, Flying Low
Interview : octobre 1999
Site :
http://www.popnews.com/wgc/

WILLIAM PEARS
En 1994, les William Pears nous avaient initiés au "geste pop" à la française. Leurs chansons étaient si simples, si évidentes qu'elles paraissaient naturelles, comme si elles avaient toujours fait parti de notre discothèque. En 1999, ils reviennent, au sommet de leur forme, un peu plus vieux, moins candides mais toujours prêts à démontrer les gestes pop qui nous avaient émerveillés jadis. Toujours le même savoir-faire de la perfection pop pour des textes désormais en français. Les mélodies parfaites et les harmonies vocales sont toujours au rendez-vous, les refrains envoûtants que l'on reprend à tue-tête sans même s'en apercevoir aussi. Les William Pears reviennent et comme au premier jour de notre rencontre c'est le coup de foudre.

Titre : "Big Bang" (version anglaise inédite)
Chronique : Déçu par l'an 2000

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews