3 Guys Never In - 3 Guys Never In

10/02/2005, par David Larre | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

3 GUYS NEVER IN - 3 Guys Never In
(Artisan / Chronowax) - [site]

3 GUYS NEVER IN - 3 Guys Never InAprès Florent Marchet en 2004, janvier 2005 voit sortir du bois certains des artistes recalés des premières sélections CQFD : Pauline Croze, Los Chicros, 3 Guys Never In voient paraître leur premier album (à quand celui de Maison Neuve ?). Le moins que l'on puisse dire, c'est que le tremplin a fonctionné et que les artistes cités ne déméritent en rien par rapport aux heureux élus des votes. Dans le cas des 3 Guys, l'arrivée de l'album dans la foulée d'un maxi ("From Love to Despair") met en évidence une richesse musicale, une diversité d'influences rarement croisées dans nos contrées. Pétri d'influences pop anglo-saxonnes relativement récentes (les Smiths, à qui le premier titre rend hommage, Belle and Sebastian, The Divine Comedy), ou plus anciennes (l'influence possible de Bacharach et Mancini sur le traitement des choeurs de "Antique Song", et "Trains & Boats & Planes to Hell"), le groupe n'hésite pas non plus à se promener du côté des rythmiques drum'n bass ("I Will Die in a Sunday Night"), de l'électro cheap eighties (l'intro de"From Love to Despair"), de l'easy listening arrangé par Stereolab ("Sweet Lady Fantasy") ou encore des percées noisy. Un joyeux fourre-tout qui n'a rien du carambolage amphétaminé et clinquant d'un groupe comme The Go ! Team, mais qui rappelle plutôt (pour des raisons plus ou moins subjectives) le désir de perfection impure des Boo Radleys, avec un même sens du défrichage, du collage, des digressions bizarres (des pont suspendus dans l'abstraction, des dérapages de flûtes ou de guitares). A ce goût particulier pour la recherche sonore, le groupe ajoute en plus certains atouts précieux, en l'espèce la voix versatile de Marc Morvan, entre le rapeux et le velouté, et un sens mélodique qui fait parfois mouche ("Some Girls Say I'm Bigger Than Others", "Rock n' Roll Is Nothing to Me", "Innocent-Blind"), les deux apportant une réelle cohésion à l'ensemble. Certes, le disque n'est pas parfait, les essais de textures et de rythmes ne marchent pas toujours, les paroles en anglais ne sont pas inoubliables, mais la musique a une indiscutable fraîcheur, et les défauts du groupe ont quelque chose d'encore charmant. Bref, un premier album ambitieux mais pas ramenard qui a le parfum maladroit mais tenace des premières fois... à preuve, le morceau envoyé à CQFD, "Innocent-blind", est toujours là, et, comme le "Tous pareils" de Florent Marchet, il garde la même fraîcheur, vous entête et s'imprime durablement dans votre mémoire. Ne vous en privez pas.

David

Some Girls say I'm bigger than others
Three Guys Never In
Sinking in Avril
Antique Song
Trains & Boats & Planes to Hell
I will Die in a Sunday Night
From Love to Despair
Rock n'roll is Nothing to Me
Sweet Lady Fantasy
XXXXXXXX
Innocent-Blind
I Could Touch the Voice as I'm Close to Silence

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews