A surveiller : Cameron A.G., Catholic Action, Lawrence Rothman, Smiles

16/02/2016, par et | A surveiller |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Cameron A.G. (Oxford - UK)

Cameron AG

A l’aube de la sortie de son premier E.P. le 25 mars prochain, le bouche à oreille concernant Cameron Groat a dépassé depuis quelques semaines le simple cadre d’Oxford, d’où il est originaire et considéré comme le plus gros espoir de la scène locale. Batteur dans plusieurs formations punk et post-punk depuis une dizaine d’années, il produit aujourd’hui en solo une musique à l’opposé de ce que l’on pouvait attendre de lui. Des compositions électro acoustiques accompagnées d’une voix fragile. L’explication est simple : il s’est plongé ces dernières années dans le catalogue d’Elliott Smith, de Bon Iver et de Willy Mason. Si l’on imagine que le passage en solo n’a pas été simple, on ne le remerciera jamais assez d’avoir mis ses doutes et émotions au service de chansons. Ce qui le démarque de cette flopée d’artistes au son similaire est probablement le fait qu’il a eu le temps d’accumuler suffisamment d’expérience avec ses groupes précédents pour savoir aujourd’hui clairement quelle direction emprunter. Pour preuve, l’évolution de la structure sonore, plus organique, entre “Lost Direction”, son premier titre publié fin 2015 et “Way Back Home”, extrait de son premier E.P. Pas étonnant que ce dernier passe déjà sur Radio 1 (DJ).

Catholic Action (Glasgow - UK)

Énième rejeton d'une scène pop écossaise en perpétuelle régénération, Catholic Action s'est formé en 2014 autour du chanteur-guitariste Chris McCrory, qui officie également à la batterie chez les très recommandables Casual Sex. Les prestations scéniques de McCrory et ses trois acolytes (Jamie Dubber à la basse, Andrew Macpherson à la guitare, Ryan Clark derrière les fûts) n'ont pas tardé à éveiller la curiosité de quelques grandes figures locales, au premier rang desquelles Alex Kapranos, qui a invité le groupe à faire la première de FFS (Franz Ferdinand & Sparks) au Barrowland Ballroom en août dernier. Diablement accrocheur, leur single "L.U.V" sera disponible le 18 mars prochain, via le bien nommé Luv Luv Luv Records. Ce petit tube bondissant, au confluent du post-punk et du glam-rock, réussit le bel exploit de sonner aussi rafraîchissant qu’instantanément familier. Programmé récemment en ouverture d'un concert des Libertines à Glasgow, Catholic Action ne devrait pas tarder à occuper lui aussi le haut de l'affiche. (J.S.) 

Lawrence Rothman (Los Angeles - US)

Lawrence Rothman

Si Bowie avait décidé il y a bien longtemps de laisser tomber ses alter-egos, Lawrence Rothman semble bien déterminé à prendre la relève. Il travaille actuellement à un album qui sera produit par Justine Raisen (Ariel Pink, Sky Ferreira) dans lequel il n’incarnera pas moins de neuf personnages différents. Ce fan de Cindy Sherman (tout s’explique), a demandé à la talentueuse Floria Sigismondi (David Bowie, The White Stripes) de créer un univers visuel pour chaque titre de l’album afin de pouvoir exprimer les images qu’il avait en tête lors de la création des chansons. Car ce sont avant tout celles-ci qui l’inspirent et lui donnent envie de composer. Ses sources viennent aussi bien de des scènes de vies à Los Angeles, que de la peinture ou bien ses lectures). Rothman ne se limite pas à un seul style musical pour accompagner ses alter-égos. Un titre folk et orchestral comme le très réussi “California Paranoia” en duo avec Angel Olsen  peut succéder à  “H” où l’on retrouve des influences de big band. Mais Lawrence Rothman, c’est surtout une voix que nous rêvons d’entendre un jour simplement accompagnée d’une guitare acoustique (DJ). 

Smiles (San Fransisco - US)

Smiles

Les internautes qui se mettront en quête d'infos sur Smiles via leur moteur de recherche n'auront pas la tâche facile, mais le patronyme choisi par ces jeunes californiens a au moins le mérite d'annoncer franchement la couleur. Ici, l'humeur n'est donc pas à la morosité, mais plutôt à la glorification enjouée d'une pop électrifiée à très haute teneur mélodique. Avec leurs rythmiques dynamiques et leurs harmonies radieuses, les compositions rassemblées sur le nouveau 7" du groupe de San Francisco évoquent parfois The Posies ("Cold Cold Heart") ou le Teenage Fanclub des origines ("Black Hearts"), tandis que "I Don't Want To Remember You" pencherait plutôt du côté du Weezer de la grande époque. En conclusion de ce quatre titres publié chez Melters, "High/Out of Control" indique que Smiles peut aussi lever le pied et se faire plus contemplatif sans pour autant s'égarer. Largement de quoi susciter l'espoir d'un album, le sourire vissé aux lèvres. (J.S.)

 Crédits photos : DR

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews