AC/DC - Let There Be Rock (The Movie)

09/01/2012, par | DVD |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

AC/DC - Let There Be Rock (The Movie)

Nous sommes en 1979, AC/DC n'est pas encore l'énorme machine de guerre qui pèse un Stade de France et deux avions pour tourner. Non, ce n'est pas encore ça, mais c'est déjà un groupe plus que respecté, qui commence à se bâtir une armée de fans, d'ores et déjà acquis aux riffs blues d'Angus Young et à la voix de chat furieux de Bon Scott. Mais surtout, le groupe vient de sortir "Highway to Hell", disque roboratif et qui a marqué de son empreinte l'histoire du rock. C'est dans ce contexte que les "faux" (seul le batteur Phil Rudd est effectivement australien, mais leur succès a bien commencé aux antipodes) Australiens prennent d'assaut le pavillon de Paris, devant 10 000 personnes.

La VHS sur laquelle a été immortalisée le concert est sortie le 1er septembre 1980 : il aura fallu attendre 31 ans pour regoûter à cette prestation dans les conditions qu'elle mérite (DVD ou Blu-Ray, son remasterisé, bonus, livret collector...). Le contact avec le coffret collector rassure sur la qualité de l'objet et le soin porté à son aspect. Le livret (en anglais) est signé d'un journaliste spécialiste du groupe (Anthony Bozza) et raconte rapidement les débuts du groupe, ainsi que ses déboires à l'époque du concert (une laryngite terrible pour Bon Scott "soignée" à grandes lampées de scotch, en bon Ecossais qu'il est). Les petits goodies présents ne sont pas pour déplaire : médiator à l'effigie d'AC/DC, poster commémoratif de la VHS, boîtier bien soigné.

Il est donc temps de mettre le disque en question dans le lecteur. Et qu'il est bon de retrouver le groupe en aussi bonne condition, déjà rôdé mais encore dans un spectacle à taille humaine (même si la salle fait, déjà, 10 000 personnes, elle n'a pas le côté gigantesque des stades qu'affectionne désormais le groupe, en tout cas à l'image) ! La simplicité de la réalisation colle parfaitement à la rugosité des Australiens, aux racines blues qui sont alors mises en valeur à la perfection, à la folie des deux phares que sont Angus Young et Bon Scott. Sur le devant de la scène, on ne voit qu'eux, le reste du groupe restant dans l'obscurité (c'est d'ailleurs marquant : on a vraiment l'impression que le groupe joue dans le noir, comparé à beaucoup de standards d'aujourd'hui...). Au top de leur forme, ils tirent le groupe vers un apogée blues-rock aussi sexy qu'électrisant, avec des riffs qui ne se contentent pas de sonner fort, mais au contraire fouettent les sangs, un chant félin et une rythmique au souffle inépuisable. La synergie des différentes composantes d'AC/DC fait merveille, le répertoire (pré-"Back in Black") regorge de pépites dont l'influence se mesure encore aujourd'hui (de The Datsuns à Airbourne). Mais avant tout, c'est un groupe phare du rock que ce DVD offre la chance de revoir, à une époque où AC/DC commençait son ascension des sommets : un témoignage exceptionnel.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews