Aceyalone, Ellay Khule, Riddlore - Le Nouveau Casino, Paris, 12/04/2006

06/05/2006, par Sylvain Bertot | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ACEYALONE, ELLAY KHULE, RIDDLORE - Le Nouveau Casino, Paris, 12/04/2006

C'est un drôle de concert que Hip Hop Resistance nous a proposé ce 12 avril, une sorte de 2 en 1, avec deux séries d'intervenants sans grand rapport entre eux : dans un premier temps, ceux que la soirée a qualifié de "North Carolina's finest", les très académiques Supastition et Cesar Comanche, renforcés par leur copine canadienne, Eternia ; ensuite, trois purs produits du Project Blowed, les deux rappeurs fous Ellay Khule et Riddlore du Hip Hop Klan et le Dieu le père de la scène West Coast Underground, Aceyalone lui-même.

Après l'habituel chauffage de salle à coups de classiques hip hop, c'est Eternia qui entre sur scène sur un sample de "Hotel California". En casquette, chignon, gants noirs et robe camouflage, et un sourire jusqu'aux oreilles, la Canadienne ne manque pas de charisme. Elle livre un show de rap carré normal et l'agrémente d'échanges avec le public. Visiblement, la dame aime compter : la plupart de ses phrases commencent par des "how many...". Elle veut savoir de combien d'hommes et de femmes est constitué le public et en conclut que "you need to work on your girlfriends". Elle veut savoir aussi combien ici écoutent du hip hop depuis 5, 10 ou 15 ans. Quand quelqu'un dans la salle proclame "25 years !", elle décide de le faire monter sur scène. Et ce quelqu'un, il se trouve que c'est Sly du Saïan Supa Crew. Après un petit passage où il doit ponctuer le rap d'Eternia par des "The Bitches" comme chez Jeru the Damaja, le bonhomme l'accompagne avec un peu de beatboxing. C'est bon enfant et sympathique comme tout.

Mais après vient Supastition. Et Supastition, sur disque, ça n'est pas bien, mais alors vraiment pas bien du tout. C'est même le paroxysme du rap underground cliché et fossilisé. Grosse inquiétude, donc. Inquiétude renforcée quand le type apparaît avec un t-shirt "parental advisory machin chose" de trou-du-cul et qu'il se lance dans des mouvements vus mille fois ailleurs. Pas de doute, le rappeur sait bouger. Mais t'y crois pas. C'est du trop vu et c'est du trop entendu. C'est du "when I say "Supa", you say "Stition"" et tout ce genre d'âneries. C'est du "hip hop, hip hop" toutes les 5 secondes. Ouais, on voit que c'est du hip hop, merci. Mais bon, le mec il est hip hop depuis 1843 au moins quand même, il te le dit, et t'as intérêt à être impressionné. Le plus affligeant dans tout ça, c'est que le public entre dans le jeu, qu'il se met au garde-à-vous, qu'il répond aux stimuli connus et simples que lui adresse le MC.

Juste après, c'est au tour de Cesar Comanche, un copain aux deux précédents. Et là, on touche le fond. Le type qui fait son entrée avec une sorte de serpillière sur la tête donne à plein dans les poncifs hip hop, il va encore plus loin que Supastition. Ce qui suit sera épouvantablement éprouvant. Il y aura tout plein de "check this out" ("ouais, moi aussi, je te propose d'aller vérifier ça dehors", me glisse mon voisin). Il y aura tout autant de "machin chose is in the house" ("vas-y, retournes-y toi, dans ta maison"). Il y aura un interminable titre en hommage à l'histoire du hip hop ("bon sang, dix minutes que ça dure et nous n'en sommes qu'à Main Source, quand va-t-il s'arrêter ?"). Et pendant ce temps l'heure tourne, et pendant ce temps l'attraction principale de la soirée est retardée. Tant et si bien qu'en fin de session, c'est presque avec joie que l'on voit revenir Supastition et Eternia. Parce que vraiment, il était trop saoulant le César chez les Indiens. Et parce que le petit posse cut final signifie que tout cela s'achève bientôt.

Un préalable avant d'aborder la suite : les types d'Afterlife / Hip Hop Kclan n'ont jamais sorti le moindre bon album. A chaque fois, ce sont des raps de folie mais sur des sons absolument infâmes, avec un ou deux tubes dessus en tout et pour tout. Même le renfort de Nobody et d'Omid sur le récent "Califormula", ce qu'Ellay Khule a sorti de plus présentable à ce jour, n'a pas suffi à en faire un bon disque. Mais un rappeur virtuose issu du Project Blowed, sur scène, ça doit le faire. Et c'est effectivement ce qui arrive. Celui qui se fait également appeler Rifleman n'a disposé que de quinze / vingt minutes pour faire le zouave et interpréter quelques titres issus pour moitié de "Califormula", pour moitié du reste de son répertoire. Mais le look (une cagoule et une sorte de sac à patates en guise de gilet), la dégaine, la gestuelle et bien sûr le phrasé de dingue ont largement suffi à fait oublier les épreuves précédentes.

Pendant ce temps, il y a eu un roulement dans le public, signe qu'il y avait bien deux spectacles en un ce soir au Nouveau Casino. Les fans ne sont plus les mêmes. Et comme le craignaient Riddlore et Ellay Khule eux-mêmes, d'après l'aveu de DJ Fab alias Monsieur Hip Hop Resistance, l'audience est à présent assez dégarnie. Où sont donc passés tous les moutons qui levaient le doigt et balançaient les bras quand on le leur demandait ? Ils sont partis. Une fois de plus, preuve est faite que le rap est une cause désespérée en France. A leur décharge, et désolé de faire la grand-mère, il faut reconnaître qu'il est désormais bien tard, puisque c'est à minuit cinq seulement qu'apparaît le monument de la soirée, Aceyalone.

Son show à lui, à première vue, sera moins délirant que celui de son compère cagoulé, tout Project Blowed qu'il soit. Acey commence sagement et montre qu'il est là pour assurer la promotion de son album récent avec RJD2, un "Magnificent City" à vrai dire assez désastreux. Mais épaulé par Riddlore, il saura puiser dans son répertoire ancien et rappera quelques titres issus de ses premiers albums ou du répertoire de la Freestyle Fellowship, paraît-il. Je dis "paraît-il", car vue l'heure, il n'était plus possible de rester au-delà de deux titres. La prochaine fois, messieurs, pensez à ceux qui habitent loin, faîtes deux concerts au lieu d'un. Ou bien, si vous pensez vraiment que Supastition et Cesar Comanche ont plus de chances de séduire le public français, mettez les autres en première partie. Certains en seront ravis. Et ils pourront assister à l'intégralité du concert autrement qu'en visionnant les vidéos ci-après filmées par Nicobax de True Duke.

Vidéos : http://www.youtube.com/watch?v=emmObRobmuQ

Sylvain Bertot

Merci à Max de Nocturne pour cette soirée
Merci à Niam de True Duke pour les photos



les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews