Akron/Family à Bruges

24/04/2007, par David Dufeu | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

C'est dans une petite banlieue de cette Venise du Nord (pas Stockholm, Bruges), le genre de banlieue belge où personne n'attache son vélo avant d'entrer dans la salle, si si c'est vrai, que se produisent les néo-ex-hippies de la famille Akron. En première partie, Thee More Shallows assure un set impeccable : les Californiens proposent des versions assez brutes de leurs compositions pourtant complexes, avec un "cool" qui tranche un peu avec le sérieux des morceaux. Tous les spectateurs déjà présents (environ quinze) ont l'air enthousiaste. Un peu plus tard, les membres d'Akron descendent spontanément dans la fosse pour ramener les spectateurs, qui ont doublé en nombre, juste au pied de la scène. Ambiance familiale donc. Ceux, dont j'étais, qui n'ont pas écouté "Meek Warrior", le dernier album en date, s'attendent à un concert de folk un peu tordu. En fait on assistera à un concert éclaté en deux pôles : d'une part, quelques morceaux folk assez lumineux, dont l'imparable "I'll Be on the Water", même pas contaminé par les bruitages qui viennent troubler la mélodie sur l'album. Et d'autre part, en alternance, mais largement majoritaire, un rock ultra-bruitiste, les amplis à fond, et la basse trépidante d'un moustachu qui se prend pour un poivron rouge et fort. On se force parfois pour ne pas se boucher les oreilles, histoire de ne pas passer pour un vieux con qui marmonne "Quand même, ils exagèrent sur le volume..." mais tout de même, ils exagèrent sur le volume. Bref, le résultat pourrait être assez facilement qualifié de post-folk, si le concert n'alternait pas aussi franchement entre folk cool et bruitisme débraillé (quoiqu'assez subtilement maîtrisé). Finalement, on se prend à espérer les plages dépouillées, qui apparaissent d'autant plus magnifiques que le reste est violent. C'est plutôt au finale qu'Akron/Family emporte la pièce, en invitant cinq, puis vingt spectateurs sur scène pour jouer des tambourins et autres percussions. Un Belge est même convié à improviser un solo de flûte, qui me rassura sur mon propre niveau de flûte hérité du collège, d'autant qu'après le concert, un Akron lui lancera "That was great, mate, your flute solo...". Sacrée famille Akron - j'avais oublié de préciser : ces types sont fous. En toute fin de concert, devant les spectateurs musiciens, ils improvisent un improbable "Tiger" en se roulant par terre. Le public quitte la scène, puis la salle, sourire aux lèvres, heureux d'avoir participé à ce happening déjanté, et certain de faire un peu partie de la famille. Tout le monde récupère son vélo.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog