Albums - Chop Chop, Elevator Drops

04/05/2006, par Ursagraph | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ALBUMS par Ursagraph

Deux albums d'un label à découvrir absolument : Archenemy Records de Boston, Massachusetts.

CHOP CHOP - Chop Chop
(The Archenemy Records Company) - [site]

Etudiante le jour, popstar la nuit. La vie de Catherine Cavanagh semble idéale. Tellement belle qu'elle a décidé de monter un groupe de pop pour crier au monde son bonheur de vivre si intensément sa vie d'Américaine middle class. Catherine - ou Chop Chop - n'est pas la première à se lancer dans le petit bain de la musique indé US. Elle ne sera pas la dernière non plus. Considérons donc ce premier album pour ce qu'il est : un honnête témoignage du moment, une vignette musicale réconfortante.
Un disque de pop américaine, intemporel et lumineux. Que ce soient des comptines folk ("Every"), des hymnes electro - Bontempi ("Pinched") ou des révérences assez convaincantes ("Love Will Tear Us Apart" de Joy Division), la miss réussit à captiver notre hypothalamus pendant trois bons quarts d'heure.
Sa voix rappelle quelques perles américaines comme That Dog, Mary Timothy d'Helium ou Mary Lou Lord. C'est d'ailleurs cette présence vocale bienveillante qui rend facile une collection de chansons tristes à l'originalité pas toujours évidente. Ceux qui aiment les grosses grattes qui tâchent et les poils sous les bras peuvent passer leur chemin. Notre super Chop Chop est plus maligne : fragilité et agilité sont ses alliées déclarées.

THE ELEVATOR DROPS - Episode 1
(The Archenemy Records Company)

Ce disque est une histoire. L'histoire d'un groupe, sans doute en avance sur son temps. L'histoire d'une musique, grandiloquente, sans âge et bigrement difficile à attraper. The Elevator Drops sort son album posthume comme un canot pneumatique se rappelle à la surface après un naufrage terrifiant. Certains détesteront le verbe acide du chanteur quand d'autres souligneront ses audaces verbales. Peut-être vous laisserez-vous submerger par les montagnes de guitares hurlantes ou prendrez-vous vos jambes à votre cou à l'écoute de ce rock bancal sur- ,et sous-produit selon les morceaux. Entre l'école britannique shoegazing et le folk psychédélique américain, ce trio de Boston avait tout pour s'attirer des louanges. Le sort et les canons de la mode en ont décidé le contraire. Comme le Phantom of the Paradise de Brian de Palma, le rêve brisé de ce groupe grimé est à la fois émouvant, mystérieux et toujours à la limite entre bon goût et bestialité. Un rêve que le label Archenemy essaye de prolonger avec cet "Episode 1" qui semble pourtant le dernier.



les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews