Albums - The Low Lows, LeDuo, Erik Satie

22/12/2006, par | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ALBUMS par Vincent Arquillière


The Low LowsTHE LOW LOWS - Fire on the Bright Sky
(Monotreme / Differ-ant) [site] - acheter ce disque

The Low Lows, c'est Parker & Lily, mais sans Lily (Wolf), qui a quitté Parker (Noon) après douze ans de vie commune et trois albums. "Fire on the Bright Sky" est donc le premier disque de ce qui est désormais un trio. Ses dix morceaux naviguent à vue entre country désossée et psychédélisme grillé, le tout sur des tempos invariablement bas et avec un son résolument lo-fi (le groupe porte donc bien son nom). Une sorte d'abattement narcotique traverse l'album de part en part, un peu comme sur le "Tonight's the Night" de Neil Young - toutes proportions gardées. C'est souvent beau (dans les meilleurs moments, on croirait entendre M. Ward reprendre les Radar Bros), mais la lenteur de l'ensemble, le son saturé et l'impression que Parker chante à l'autre bout d'un tuyau d'arrosage risquent d'en décourager certains. Pour ceux qui, au contraire, en resteraient bas-bas, le groupe devrait jouer en France cet hiver.

LeduoLEDUO - Plays Jacques Brel
(Douglas / Spirale) - acheter ce disque

Curieuse idée a priori que d'enregistrer des reprises jazz instrumentales de Jacques Brel, là où l'on attendrait plutôt Brassens ou Gainsbourg. Pourtant, si l'on veut bien oublier un instant l'image encombrante du "chanteur à texte" postillonnant, on découvrira que les musiques composées par Brel et ses fidèles collaborateurs (Jouannest, Rauber, Corti...) sont suffisamment fortes pour supporter ce genre de traitement. LeDuo (les Provençaux Perrine Mansuy au piano et François Cordas aux saxos, plus Bernard Santacruz à la basse - contrebasse ? - sur trois morceaux) s'est donc attelé à la tâche et le résultat est de toute beauté, à l'image de "Nice", la toile de Nicolas de Staël qui orne la pochette. Mêlant grands classiques et morceaux moins connus, les musiciens prennent le contre-pied des originaux : à l'emphase et à la démesure du Grand Jacques, ils substituent une approche impressionniste fondée sur le dialogue piano-saxo, brodant finement sur les thèmes mélodiques (plus ou moins discernables) des chansons. La plus belle réussite est peut-être "Amsterdam" où, dans le cœur des frites, on croirait entendre Keith Jarrett. Dans la même collection, LeDuo et leur producteur Alan Douglas (un Américain installé en France qui a travaillé avec les Last Poets, Duke Ellington, Billie Holiday ou Jimi Hendrix) annoncent un "Plays Charles Aznavour" qu'on attend avec impatience.

Erik SatieERIK SATIE - Socrate + Mélodies
(LTM) - acheter ce disque

Surtout connu aujourd'hui pour ses géniales "Gymnopédies", Erik Satie (1866-1925) a également écrit des œuvres chantées où s'exprime à merveille sa fantaisie iconoclaste. "Socrate", drame symphonique en trois parties pour trois mezzo-sopranos, une soprano et un orchestre de chambre, sur des textes de Platon, est sans doute la plus fameuse. Cet enregistrement, paru à l'origine sous l'éphémère étiquette Factory Classical en 1990, est complété par de brèves "Mélodies" pour voix et piano, au format assez proche de la chanson. Certaines sont des œuvres de jeunesse, d'autres représentent sa dernière période, celle de la "musique d'ameublement". Les textes (signés Lamartine, Fargue, Radiguet, Cocteau...) oscillent entre poésie symboliste et farce - des traducteurs courageux ont tenté de les rendre en anglais dans le livret.
Du même Satie, LTM fera également paraître à la mi-janvier le recueil "Dada Works & Entr'actes", qui rassemble comme son titre l'indique des compositions des années 1920-1924 liées au mouvement Dada (même si on pourrait difficilement les qualifier de "dadaïstes"). Soit quarante pièces instrumentales interprétées par le pianiste slovène Bojan Gorisek, pour la plupart extrêmement brèves et dépouillées. Une nouvelle occasion de constater que l'œuvre de Satie, bien moins anecdotique qu'il n'y paraît, est l'un des principaux ponts entre l'âge classique et la musique moderne, de John Cage aux compositions ambient de Brian Eno.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews