Albums - The Meeting Places, Blanche

13/02/2007, par | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ALBUMS par Christophe Dufeu


THE MEETING PLACES - Numbered DaysTHE MEETING PLACES - Numbered Days
(Words on Music) [site] - acheter ce disque

La brèche est ouverte depuis quelques années déjà et The Meeting Places profite de l'appel d'air sur ce "Numbered Days". La brèche, c'est cette ouverture béante du rock des années 2000 vers celui des années 1980 voire celui du début des années 1990. De ce point de vue, les Américains remplissent plutôt bien le cahier des charges : grosses guitares sur mélodies douces et voix planantes, influences britanniques à l'évidence. Des influences probablement un peu trop présentes où l'on trouve pêle-mêle les groupes "références" de ces fameuses années et les groupes actuels ayant déjà profité du filon : quelques morceaux évoquent assez clairement Black Rebel Motorcycle Club ou My Bloody Valentine, une intro rappelle aussitôt les Posies, une mélodie est un peu pompée sur le "Duel au soleil" de Daho - qu'ils n'ont d'ailleurs probablement jamais entendu... Rien de bien méchant donc, mais les coutures sont un peu voyantes. On se contentera donc d'apprécier ce court disque pour sa production léchée et pour sa faculté de madeleine, ni vraiment insipide, ni forcément mémorable, à nous replonger quelques années en arrière.

 

BLANCHE - What This Town Needs (Loose / PIAS) [site] - acheter ce disque

Difficile de faire plus stonien que "What This Town Needs", le premier titre du EP de Blanche qui porte le même nom ; si ce n'est qu'ici, Mick Jagger semble souffrir de schizophrénie puisque les époux Miller, Tracee et Dan, assurent les parties vocales de ce morceau cousin d'"Honky Tonk Women" (un cousin fort sympathique par ailleurs...). Et lorsque l'on constate que le second titre est une reprise des Stones, on est presque contents de voir qu'il s'agit de "Child of the Moon", un des morceaux les moins typés/typiques du plus vieux groupe de rock du monde. Blanche, jouant sur une esthétique "années 20 / prohibition" (leur site en est un assez beau reflet), nous emmène vers une musique moite, entre tradition (country) et rébellion (rock hanté - on pense parfois à Sixteen Horsepower), sensualité (la ballade "Scar beneath the Skin") et animalité ("Someday..." enregistré live). Un voyage dans le détroit du Mississippi sans les piqûres de moustiques.

 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews