Albums - Ghost, Picore, Scratch Massive

22/03/2007, par Luc Taramini | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ALBUMS par Luc Taramini

GHOST - In Stormy Nights
(Drag City / Discograph)

Quid du rock psyché en 2007 ? Eh bien Ghost, une formation japonaise qui officie depuis plus de deux décennies dans une sorte d'autisme artistique qui pourrait faire sourire s'il ne livrait pas des disques fascinants dont une collaboration remarquée avec Damon & Naomi. Avec ce huitième album, le groupe de Masaki Batoh offre une œuvre sombre aux inflexions acid folk et Krautrock. La ballade inaugurale, "Motherly Bluster", très pastorale n'est qu'un leurre qui laisse bientôt apparaître le versant sombre de cette montagne sonore. Une plage instru de 30 minutes bruitiste "Hemyclic Anthelion", les rythmiques martiales de "Water Door Yellow Gate" et "Gareki No Toshi", la reprise du groupe Cromagnon "Caledonia" avec flûte celtique ou encore la ballade très rock prog "Grisaille" montrent qu'il y a encore matière à faire du neuf avec des vieilles recettes qu'on croyait obsolètes. Difficile de parler d'avant-gardisme même si Ghost opère un syncrétisme musical inédit entre culture samouraï et esprit libertaire de la côte ouest.

PICORE - L'Hélium du Peuple
(Jarring Effects / PIAS) - [site]

Autre ovni en vue, cet album est l'œuvre de cinq musiciens lyonnais qui ne font pas de concession à leur art. Leur musique, ambitieuse et un chouille cérébrale, brasse large du rock indus, à l'électro en passant par le jazz, le hip hop et le spoken word. Ça ressemble pour l'épaisseur des climats à du Encre et pour les textes écorchés déclamés d'une voix blanche à Jull. Bref, des références qui ne vous éclaireront sans doute pas vraiment mais qui en disent long sur le côté insaisissable de ce disque. A la fois bouillonnant, inquiétant, froid et calme, "L'Hélium du Peuple" tend un miroir peu flatteur à nos angoisses sourdes et à nos crispations urbaines. Il y a pourtant suffisamment de magnétisme dans cette musique pour qu'on accepte de s'y plonger corps et âme, suspendus que nous sommes au fil narratif d'une écriture cinématique.


SCRATCH MASSIVE - Time
(Chateaurouge / Nocturne) - [site]

Né à la Baule en 1994, ce duo de DJs (Maud Geffray et Sébastien Chenut) a conquis en 10 ans (et quelques bombes remarquées) les capitales du monde entier par une pratique assidue du clubbing. "Time" leur second disque se fait le témoin éclatant de l'engouement récent de la scène electro pour les guitares et les mélodies rock. Aidé à la production par Moritz Von Oswald (Maurizio), SM signe un disque d'electro dark robotique mâtinée d'un romantisme glacé. Suprême déférence à la new wave, le duo réussit une reprise venimeuse de Three Imaginary Boys pas désagréable du tout. Tour à tour sautillant et planant, froid et lascif, soutenu par des beats intraitables, des basses gonflées à bloc ou des guitares tranchantes, ce disque excellemment produit, évite les grosses ficelles du "cross-over" et assume parfaitement sa filiation pop sans se trahir.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews