Albums - Brave Captain, Jérôme Attal, Yell, Mark Kozelek

18/10/2000, par Loik Amis, Yves Bernicot et Gildas | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ALBUMS - par Gildas, Yves, Gildas et Loik

PETIT VODO - SIXTY NINE STEREOVOXBRAVE CAPTAIN - fingertip saint session volume 1
(Wichita)

La pochette (studio exigue rangé façon foutoir) laisse présager la pop bancale, bricolée et loufoque faite sur un coin de comptoir ou dans la cuisine de l'appartement. Ce qui suit est beaucoup plus impressionnant. La ou les Boo Radleys développaient 2000 idées par chansons courant le risque de se perdre en chemin, Brave Captain se concentre sur une poignée de pistes convergentes et écrit de faÁon classique préférant laisser libre cour a son imagination lors de l'habillage des morceaux. Les ambiances se multiplient, tour a tour l'auditeur a droit a de la surf pop estampillée 60's puis a de la pop bricolo 90's. La présence des agites Gallois de Gorki Zygotic Mynci et de Super Fury Animals explique largement le grain de folie qui s'immisce dans les rouages des popsong parfaites de Martin Carr et fait de ce disque une ouverture sur un futur hautement prometteur.

JEROME ATTAL ET LES ARGONAUTES - Juste avant la guerre avec les escabeauxJEROME ATTAL ET LES ARGONAUTES - Juste avant la guerre avec les escabeaux
(autoproduit)

Sur leur premier album, dont le titre s'inspire d'une nouvelle de J.D. Salinger, Jérôme Attal et les Argonautes mélangent habilement des influences musicales venues d'outre-manche (une certaine idée de la pop anglaise plus proche de Pulp ou de Radiohead que d'Oasis) et des textes en franÁais, particulièrement soignés. De pop songs sautillantes en ambiances plus sombres, leurs compositions, traversées de riffs de guitare et saupoudrées d'électronique, habillent parfaitement des paroles qui révèlent un indéniable talent d'écriture. On regrettera seulement que Jérôme Attal, cultivant son image de dandy de la pop, chante parfois d'une voix un peu trop maniérée. Mais on notera leur courageuse tentative de battre le record du plus long titre de chanson jamais écrit, avec "Aucun principe si ce n'est celui de l'alternance de tous les autres"

YELL - DELIVRANCEYELL - délivrance
(autoproduit)

Un disque porc-épic, roulé en boule, les aiguillons dressés. Toutes défenses dehors pour refouler l'auditeur. Et comme la meilleure défense c'est l'attaque il y a énormément d'agressions dans les chansons. Il faut beaucoup de volonté pour oser se soumettre à l'assaut frontal des guitares et des voix féminines. Entre Dolly n co pour le registre des voix et L7 pour les guitares abruptes, il faut un certain goût pour le masochisme pour apprécier la prestation de Yell. Et mes oreilles sont trop habituées au doux coton pop pour succomber aux barbelés acérés que propose Yell depuis sont mirador. Je vous engage malgré tout a visiter leur site web et a découvrir leurs MP3 pour savoir si leur napalm est a votre goût.

 

MARK KOZELEK - Rock'n roll singerMARK KOZELEK - Rock'n roll singer
(Badman Recording)

 En vacance de ses comparses des Red House Painters, et surtout de son ancien label 4 AD, Mark Kozelek peut enfin se livrer à un exercice qui semble l'avoir tent? depuis longtemps : un disque presque entièrement acoustique, totalement plongé dans le fantasme am?ricain. En 7 titres country folk, dont 4 reprises, il installe une ambiance sereine et lumineuse, et réussit un beau pari, celui de faire un disque très personnel sans jamais donner l'impression de ne l'avoir fait que pour lui, et sans faire sombrer l'auditeur dans le vague ennui que ce genre de prestations provoque souvent (à l'exception notable de Rock'n roll Singer, la seule chanson franchement électrique, un peu laborieuse). On y trouve notamment le magnifique Find Me, Ruben Olivares, déjà présent sur la compilation Shanti Project, et Ruth Marie, titre de cl?ture superbede sobriété et de retenue.
Dans Bad Boy Boogie, dont il donne une version brillante, on peut entendre "On the day I was born, the rain came down". Effectivement, on
entend presque tomber la pluie dans ce disque, mais une pluie douce et apaisante.
Certes pas un disque fondamental, mais un court moment de bonheur dont il serait dommage de se priver.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews