Albums - Joseph Arthur, Immense, Auto 66

10/02/2000, par lorseau | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ALBUMS - par Eloïse & Lorseau

JOSEPH ARTHUR - Vacancy
(Real World Records)

Annoncé comme un mini-lp, ce nouveau Joseph Arthur a pourtant bel et bien la taille (sept titres plus un morceau caché) et la carrure d'un véritable album... ainsi que son prix. Et, quel que soit son format, c'est surtout une bonne nouvelle pour ceux qui avaient apprécié le premier album, "Big City Secrets", tout en regrettant qu'il n'ait pas le caractère dépouillé et artisanal des concerts de Joseph Arthur (au cours desquels il se sample lui-même et chante au-dessus de plusieurs boucles superposées de guitare). En attendant - qui sait - un album live, on peut déjà se réjouir que la production soit cette fois moins surchargée, moins écrasante, et que la voix soit toujours aussi caressante. Voilà largement et délicieusement de quoi tenir jusqu'à la sortie du "véritable" album.

IMMENSE - Evil Ones And Zeros
(FatCat Records)
Avec Immense, serait-ce la fin de "tout ce qui vient de Bristol doit être tartiné avec une couche trip-hop" ? Car chez ces anglais signés sur le label du gros chat, même si les ambiances sont le principal atout (ce qui est plutôt logique pour des instrumentaux...), ce sont les guitares qui prennent bien souvent le dessus façon Sonic Youth (lorsque la violence s'en mêle) ou bien Mogwai (pour les instants les plus apaisés) tout en laissant une petite place à une basse venant détendre et chalouper quelques morceaux. Et puis comment ne pas dire uniquement du bien d'un groupe qui donne à ses compositions des noms tels que "Neil Young In Sportswear", "Death To The Gremlins", "Don't You Know How To Use Flippers ?"... ?

AUTO 66 - Pro * Mo
(Tribal Jargon Records)
Géographiquement, Immense et Auto 66 ne sont pas véritablement des voisins, pourtant c'est dans un registre assez similaire que les Bostoniens s'engouffrent. Chez ce trio également, les morceaux délivrés sont des instrumentaux qui se laissent porter par une guitare jouant la brutalité ou le psychédélisme et par une texture mélodique éthérée et étrange dûe à la basse de Tristam Losaw et aux boucles de Doug Vargas.
Contact : http://members.xoom.com/auto66/

 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals