Albums - Prototypes, Gregor Samsa, Mountain Goats

30/06/2004, par Pimousse | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ALBUMS par Pimousse

PROTOTYPES - Tout le monde cherche quelque chose à fairePROTOTYPES - Tout le monde cherche quelque chose à faire
(Boxson / AZ / Universal) - [site]

Selon le dictionnaire, le prototype se définit comme un "appareil construit à très peu d'exemplaires à titre expérimental, ou pour des compétitions". Or, sur la ligne de départ, ce nouveau petit bolide des ex-Bosco offre bien plus de ressemblances avec K2000 qu'avec la F1 de Schumi. Une electro plus kitsch que clash s'y associe à des textes gentiment niaiseux qui nous ramènent en fait à la pop eighties des Calamités, au mieux aux débuts de Plastic Bertrand. Pas grand-chose d'innovant donc à se mettre dans les oreilles. À l'image du single "Danse sur la merde", "Tout le monde cherche quelque chose à faire" reste un album de second degré versant trop souvent dans la seconde zone. Toutefois, il n'est pas dit que des morceaux comme "Un gars fragile" ou "06 60 92 92" ne viendront pas animer quelques estivales soirées enivrées.


GREGOR SAMSA - 27:36GREGOR SAMSA - 27:36
(Own Records) - [site]

Immanquablement, la musique de Gregor Samsa nous rappelle aux bons souvenirs des titres étranges et habités qu'Angelo Badalamenti enregistrait pour David Lynch à la grande époque de Twin Peaks. Dans une vie antérieure (ou dans la chambre rouge), Samsa a dû être tour à tour pilote de planeur, concepteur de bathyscaphes, metteur en éprouvettes de gaz rares, préparateur de canons à neige à Salt Lake City, voire brouilleur de sons pour E.T.. Si tout semble éthéré et abscons dans l'univers de Samsa (les 3 morceaux qui composent "27:36" - durée de l'album - n'ont pas de noms, les visuels du cd, comme le site internet, sont flous et plus qu'avares en informations), sa musique quant à elle sait où elle va, voyage à son rythme serein et atteint ses buts. Qu'il s'agisse de cimes enneigées, de fosses sous-marines ou plus simplement de balade au bord d'un lac, les nappes synthétiques, guitares saturées et chants féminin/masculin croisés de ce quatuor américain font de fameux sherpas.

THE MOUNTAIN GOATS - We Shall All Be HealedTHE MOUNTAIN GOATS - We Shall All Be Healed
(4AD / Beggars Banquet) - [site]

À l'annonce de l'arrivée dans les bacs de ce nouvel album des Mountain Goats, présenté comme une sortie de l'ornière lo-fi avec, enfin, pour les balades de John Darnielle une production digne de ce nom, l'excitation pointait le bout de son nez. Allions-nous, comme il y a dix ans, et l'édition du meilleur album de Daniel Johnston "Fun", pouvoir prouver aux sceptiques, soit à la face du monde, que notre amour pour ces petites chansons branlantes et bancales n'était en rien du snobisme ? Juste la reconnaissance d'un talent d'écriture, miné par le manque de moyens, débordé par l'urgence d'exister. Malheureusement, il semble que la voix de Darnielle et surtout son jeu de guitare si caractéristique résistent tant qu'ils peuvent aux moindres petits arrangements. La plus-value tant espérée n'est donc au rendez-vous que sur de trop rares titres. Il n'en reste pas moins une présence et un songwriting suffisamment personnel et attachant. Qui sait, les Mountain Goats viennent peut-être d'inventer le me-fi !??

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals