Albums - Stephen Malkmus, the Santiago Steps, the Lovethugs

13/09/2005, par | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ALBUMS par Vincent Le Doeuff


STEPHEN MALKMUS - Face the TruthSTEPHEN MALKMUS - Face the Truth
(Domino / Pias)

"Face the Truth" est le troisième album de Stephen Malkmus, son premier était plutôt frais, son deuxième ("Pig Lib") sentait le renfermé, on dira qu'ici l'Américain ouvre un peu la fenêtre... L'ex-Pavement a dû se dire devant le faible enthousiasme suscité par "Pig Lib" qu'il faudrait qu'il révolutionne un peu sa musique. Alors c'est vrai qu'il essaye. A la manière d'un Brave Captain, il ose même un morceau limite dancefloor ("Kinding For The Master"). Mais l'illusion ne dure que sur les six premiers titres car, ensuite, l'album s'essouffle et retombe dans les travers de "Pig Lib". Malkmus nous ressort ses ballades maintes fois servies. Pour camoufler ça, l'Américain saupoudre ses titres de petits bruits électro marrants faisant office d'écran de fumée.
Mais quand on est un fan de Pavement, dur de ne pas rester indulgent envers les productions de Malkmus, et alors on se plaît à écouter "Freeze The Saints" et "Loud Cloud Crowd" en essayant de se persuader que le génie n'est pas mort.



SANTIAGO STEPS - Points & CornersTHE SANTIAGO STEPS - Points & Corners
(Dorcal Monster) (Site)

Forfaiture ! The Santiago Steps ne viennent pas de la capitale du Chili mais de Californie. Enfin vous me direz le groupe Saint-Etienne ne vient pas de St-Etienne et Le Mans du Mans (en fait il n'y a que Gérard Lenorman qui ne triche pas). The Santiago Steps viennent bien du Nouveau Monde mais ils ne vont pas le révolutionner pour autant. Les Américains, qui ont visiblement bien écouté les Papas Fritas, produisent une lo-fi pop très agréable à l'oreille. Carolyn Davidson prend souvent le micro mais c'est plutôt avec Chris Davidson (frère ?, mari ?) au chant, que les morceaux atteignent mieux leur but. Le groupe conserve cependant quelques limites, paradoxalement on croirait entendre parfois un groupe français essayant de jouer comme un groupe américain ("The World's a Go"). Et voulant apparemment profiter de réductions chez Gap, The Santiago Steps nous offrent un "Come On" aux faux airs de "Just Can't Get Enough" de Depeche Mode. Mais les Californiens se rattrapent vite avec le très bon et énervé "Cold Canyon", qu'on croirait tout droit sorti de "Wowee Zowee". Alors on pardonne vite leurs égarements et on conseille vivement l'écoute de cet album.

THE LOVETHUGS - Babylon FadingTHE LOVETHUGS - Babylon Fading
(Raibow Quartz / DG Diffusion) (Site)

Youpi, les Lovethugs reviennent ajouter leur pierre à la montagne de morceaux pop sixties. C'est vrai que la prolifique scène scandinave nous habitue depuis longtemps à de tels projets. Les Norvégiens sont bien sympathiques mais "Babylon Fading" ne soulève un peu d'enthousiasme qu'avec son premier titre (éponyme). Le reste n'est qu'une resucée de divers groupes pop sixties, réalisée avec sérieux mais sans génie. "Babylon Fading" se laisse même parfois difficilement écouter, les parties solos de guitare de Jorgen (guitare, chant) sont souvent insupportables et rappellent les pires périodes du rock. Le son excellent de cet album et la voix assez agréable du chanteur ne sauvent pas le disque de la lassitude et de l'ennui.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews