Albums - The Stands, Minus Clay, Dogmah

02/12/2005, par Jean-Charles Dufeu | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ALBUMS par Jean-Charles Dufeu

THE STANDS- Horse FabulousTHE STANDS - Horse Fabulous (Echo Records) [site]

Remuant sans complexe les souvenirs, encore très vivaces, des années soixante, the Stands chevauchent un "Horse Fabulous" somme toute assez soyeux et plaisant, où les références sont bien assimilées et en tout cas assumées pleinement. La plus encombrante d'entre elles se nomme ici Beatles. The Stands s'inspirent assez largement de leurs harmonies vocales, de leurs refrains bien troussés, de leurs mélodies simples (donc efficaces) et vont jusqu'à écrire des chansons dont les paroles elles-mêmes ont la naïveté sympathique des premiers disques des Fab Four. Au détour de quelques morceaux, les réminiscences d'une pop plus américaine, mais tout aussi old school, remontent à la surface. On croise les Byrds et surtout Simon and Garfunkel, sur un titre qui respire l'hommage à pleins poumons (I Will Journey Home). Nostalgie, quand tu nous tiens...


MINUS CLAY - DemosMINUS CLAY - Demos (Site)

Allez, ne niez pas. Par ces froides journées d'hiver, est-ce qu'il ne vous arrive pas parfois de marcher seul dans les rues obscures et d'éprouver une certaine complaisance à vous sentir fondamentalement désespéré, sans horizon, frustré de la lame de rasoir ? Parfait, alors il ne vous manque plus que ce disque pour donner de l'ampleur à tout ça. Simon, jeune artiste français qui nous livre là ses premiers faits d'armes à l'état de démos, s'y entend parfaitement pour construire des atmosphères particulièrement ténébreuses, à côté desquelles celles de Smog (à qui la voix peut faire ici songer) paraissent relativement inoffensives. C'est dire. Mais paradoxalement, malgré les arrangements très simples de ce long disque qui n'en est pas encore vraiment un, on serait tenté de rapprocher le résultat de Joy Division. Non pas le groupe tellement en vogue après lequel courent Interpol et consorts, mais plutôt l'âme torturée d'un Ian Curtis qui empoignerait une guitare acoustique, seul dans sa chambre... une heure avant d'accrocher son cou à une corde. Evidemment, pas de quoi sauter de joie. Reste que ces quinze chansons à l'état brut laissent présager pour Simon un avenir radieux... euh non, mais un bon premier disque au moins.


DOGMAH - A few DemosDOGMAH - A few Demos (Site)

Dans un registre plus léger quoique dans la même veine néo-folk, Dogmah (pour Drool Over Geoff Mendelson As Healing) est le travail d'un autre artiste français, vivant actuellement dans le Nord : le fameux Geoff Mendelson qui propose donc une "guérison des âmes par une extase collective dont [il] serai[t] naturellement l'objet". Un programme un peu ambitieux, certes, mais le disque en question ne manque pas de charme et pourrait bien avoir quelques vertus médicinales. Sur certains titres (dès le deuxième en fait), la similitude avec Jude est assez étonnante, mais comme on pense surtout au dernier album, la comparaison est plutôt flatteuse. Sur d'autres, une fantaisie à la limite du second degré s'avère particulièrement bienvenue. Les morceaux, bricolés là encore avec des bouts de ficelles (une association guitare-voix le plus souvent) sont globalement de bonne tenue et parfois même franchement séduisants (exception faite du titre en français, dont on aurait pu se passer). On attend donc la suite.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews