And Also The Trees - When The Rains Come

album de la semaine du 17/06/2009, par Guillaume Sautereau | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

AND ALSO THE TREES - When The Rains Come
(AATT / Differ-Ant) [site] - acheter ce disque

AND ALSO THE TREES - When The Rains ComeUn album acoustique, voilà qui pourrait faire office de tactique éculée pour groupe finissant en manque d'inspiration.
Avec And Also The Trees, qui traîne derrière lui depuis vingt-cinq ans une réputation injustifiée (malgré quelques bâtons tendus pour se faire battre) de corbeaux de la pire espèce, le choix de revisiter ainsi son répertoire s'apparente plutôt à un défi, celui de baisser le masque parfois bien commode de l'électricité.

Dans cet exercice, le groupe n'a pas cédé à la tentation de compenser l'absence de cette composante si importante de leur musique par une profusion d'instruments, et malgré le renfort d'un melodica ou d'un dulcimer, la musique tend vers un certain dépouillement, une forme d'austérité trompeuse qui laisse seule aux avant-postes, la voix fiévreuse de Simon Huw Jones. La guitare de Justin Jones, habituée à mener le jeu, se fond davantage dans l'instrumentation, emmenée par la contrebasse de Ian Jenkins, magistrale.

L'album balaie toutes les époques de la carrière du groupe, avec bien entendu les classiques des débuts que sont l'introductif "Virus Meadow", "Vincent Craine", belle gageure sur lequel Justin et sa guitare retrouvent magnifiquement les premiers rôles, et "A Room Lives in Lucy", dans une version saisissante, bien loin du quasi hymne qu'est devenu le titre au fil des concerts mais des titres plus obscurs du répertoire du groupe, tel "Dialogue", tiré d'un album mal-aimé, "The Klaxon" (1993), retrouvent ici une nouvelle jeunesse.
Pour les deux morceaux du dernier album, l'acclimatation se fait sans encombre, avec la contrebasse de Jenkins en guise de fil conducteur. Pour les autres morceaux, cela prend un peu plus de temps, mais, au fur et à mesure des écoutes, on finit par se dire qu'ils n'attendaient que ça, et même que ces nouveaux habits sont ceux qu'ils auraient dû porter dès le premier jour.

En quatorze titres, dont un inédit, And Also The Trees s'ouvre de nouveaux horizons et exhume - presque au sens littéral - des frissons inédits de sa musique, rendue à sa nature profondément rurale. Landes humides à perte de vue et romantisme crépusculaire. Après l'essentiel "(Listen For) the Rag and Bone Man", magnifique album oublié de 2007, ce "retour à la terre" enfonce le clou : grand groupe injustement méconnu.

Guillaume

A lire également, sur And Also The Trees :
le "track by track" par le groupe de la compilation "1980-2005" (2008)
le compte-rendu du concert au 7ème Ciel (2008)

Virus Meadow
Dialogue
Fighting in a Lighthouse
Mary of the Woods
Jacob Fleet
Candace
Mermen of the Lea
The Dust Sailor
The Street Organ
Vincent Craine
Stay Away from the Accordion Girl
There Was a Man of Double Deed
A Room Lives in Lucy
When the Rains Come

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews