Ane Brun - Rétrospective

28/09/2010, par Catherine Guesde | Albums en bref |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

ANE BRUN - Rétrospective
[site]

Elle sera pour la deuxième fois au Café de la Danse le 28 septembre. Trop longtemps inconnue en France, la Norvégienne Ane Brun a vu tout son back catalog réédité cette année dans l'Hexagone. C'est l'occasion pour POPnews de revenir sur les six ans de carrière de la Suédoise d'adoption, dont l'élégant "Changing of the Seasons" avait déjà su nous séduire en 2009.

ANE BRUN - RétrospectiveAne Brun n'est pas de celles qui ont besoin de brouillons pour réussir, même si l'un de ses albums s'intitule "Sketches". Son premier essai, "Spending Time With Morgan" (2003), est sans ratures, et son folk sensuel en teintes claires-obscures, entre nuages ("On Off") et éclaircies ("One More Time"), frappe par sa redoutable justesse. Sans prétendre révolutionner le folk, la Norvégienne tire son épingle du jeu grâce à des textes d'une lucidité douloureuse, et à sa voix chevrotante au timbre chaleureux. Cette justesse sobre lui vaut d'emblée une nomination aux Victoires de la musique indépendante en Suède - la première d'une longue série, puisque pour "A Temporary Dive" (2005), son deuxième album, Ane Brun s'en sortira également avec les honneurs.


ANE BRUN - RétrospectiveMoins léger que "Spending Time With Morgan", ce second opus pousse un cran plus loin la tendance de Brun à l'abandon dans la musique. Véritable compendium de survie, "A Temporary Dive" cherche des repères pour un sujet qui risque à tout instant de s'effondrer - comme sur le désespéré "Rubber & Soul". Cette quête se fait tout en douceur, sans une once de complaisance, et par l'intermédiaire de chants de perte toujours envoûtants ("To Let Myself Go"). La présence de Ron Sexsmith sur "Song n°6" offre cependant une oasis de légèreté.

ANE BRUN - RétrospectiveLudique et séduisant, ce chant à deux a dû être une expérience concluante, puisqu'Ane Brun récidive sur "Duets" (2005). Ses compatriotes (Madrugada) comme des folkeux de pays plus lointains (Syd Matters) s'invitent à chanter avec la Suédoise d'adoption. Ils l'accompagnent sur ses compositions ("Rubber & Soul", avec Teitur), ou apportent leurs propres titres ("Little Lights" de Syd Matters). Il en résulte un album bariolé, varié en tonalités ; bien plus enjoué que son prédécesseur.


ANE BRUN - RétrospectiveSur scène, Ane Brun est proprement absorbée par ses compositions. Perdue dans des contemplations sans fin, dans une introspection sans fond, elle happe le public qui se trouve, lui aussi, hypnotisé. Ces moments de grâce, où tout semble suspendu au chant de la blonde sont immortalisés sur son "Live in Scandinavia" (2007), qui n'a de mauvais goût que sa pochette. Les violons s'y éternisent dans d'envoûtantes variations ; on y entend notamment la prometteuse chanson-titre de son album suivant, "Changing of the Seasons".

ANE BRUN - RétrospectiveParu en 2008 en Suède, un an plus tard en France, ce cinquième opus est sans doute l'ouvrage le plus abouti de la blonde Brun. Entre ballades guillerettes ("Treehouse Song") et pauses contemplatives ("The Fall"), ce cinquième Lp permet à Ane de faire une entrée majestueuse dans l'Hexagone (avec un Café de la Danse plein à craquer) et sera redoublé par une version totalement acoustique de l'album, intitulé "Sketches".


ANE BRUN - RétrospectiveEnregistré en 2008 avec l'orchestre national suédois à l'Opéra de Stockholm, "Live at Stockholm Concert Hall" vise sans doute à couronner six années d'un succès qui, d'un petit cercle scandinave, s'est peu à peu élargi à l'Europe entière. Le tapis rouge est déroulé et les trompettes de la gloire sonnent, mais elles sonnent faux. Trop pompeuses, elles nuisent à la sobriété essentielle aux titres de la blonde. Les arrangements grandiloquents incitent la chanteuse à surjouer son "Humming One of Your Songs" ; "Treehouse Song" est interprété à la vitesse de la lumière. Et si l'élégance des morceaux reste intacte, il leur manque la retenue trempée d'émotion qui faisait toute leur qualité. Ce qui fait espérer qu'après ce détour par les sentiers de la gloire, Ane Brun reviendra, recueillie, s'enfermer loin des orchestres nationaux.

Catherine Guesde


A lire également, sur Ane Brun :
la chronique de "Changing of the Seasons" (2009)

 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews