Anika arty show

04/11/2010, par Luc Taramini | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Mardi, je quittais une Anika vêtue en Agnès B pour la retrouver hier gainée dans une robe fourreau mettant en valeur sa silhouette plutôt avantageuse. Là, sur la petite scène du Divan du Monde, après les éprouvants Screaming Females et les énergiques mais gentillets Dag För Dag, la demoiselle, statique pour ne pas dire marmoréenne, impose une prestance. Il y a des mystères qui ne s'expliquent pas comme cette entrée sur scène qui exige le silence, comme ce jeu de scène inexistant qui met pourtant la salle en transe, comme ce dub froid et dur comme du métal qui laisse sourdre un groove bien palpable...Elle pourrait presque entonner un chant bavarois que personne n'y trouverait rien à redire. Il a bien réussi son coup le père Barrow avec cette icône glacée et boudeuse qui en rappelle une autre même si les intéressés s'en défendent. Il n'y a qu'à voir les directeurs de festival frétillants et le taux anormal de lesbiennes venues admirer un nouvel idéal féminin. Anika ne remplacera jamais Nico, ni une Beth Gibbons toujours sur la brèche, d'ailleurs ce n'est pas ce qu'on lui demande. Mais elle réussit parfaitement son petit hold-up arty sur nos coeurs. Et Invada Records (le label de Geoff Barrow qui produit Anika) est en passe de réussir son opération séduction sur la capitale parisienne. Confirmation vendredi avec le concert attendu de Beak> au Point Ephémère. Luc

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals