Anna Calvi - Interview

15/06/2011, par | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Le 19 avril, seulement quelques heures avant son concert au Rocher de Palmer de Cenon, l'Anglaise Anna Calvi a accepté de répondre à nos questions. Et contrairement à la chanteuse flamboyante et pleine d'assurance, c'est une jeune femme timide et douce qui nous a répondu.

Anna Calvi

Encore un concert complet... Es-tu anxieuse de l'accueil du public, de ses attentes?
Non, pas vraiment. Jouer live, c'est vraiment un grand plaisir. C'est plutôt positif de voir tous ces gens qui viennent pour le concert, c'est assez incroyable.

Est-ce que tu penses que les gens sont surpris de voir que vous n'êtes que trois sur scène, et donc qu'il n'y a pas les arrangements du disque ? Comment réagissent-ils ?

Hmmm, difficile à dire...(long silence) Ils semblent apprécier en tout cas (sourire).

Tu sembles timide, alors que sur scène, tu dégages beaucoup d'assurance. Est-ce que tu dirais qu'il y a Anna Calvi "en civil" et un personnage Anna Calvi ?

Non, c'est vraiment moi, en tout cas une autre partie de moi. C'est très naturel pour moi de m'exprimer au travers de la musique, du coup ça me donne une vraie confiance que tu as apparemment perçue.

Est-ce que c'est justement cette partie de toi qui s'exprime quand tu écris une chanson ?
J'imagine que oui.

Du coup, ça te rend l'écriture... facile ? Douloureuse ?
J'essaie avant tout de rester honnête, en écrivant de la musique que j'aimerais écouter. je ne me dis pas :"je vais essayer d'écrire quelque chose de catchy" ou "je vais essayer de trouver un super beat". J'essaie surtout de me laisser porter émotionnellement, d'écrire des choses qui me touchent, mais je ne lutte pas.

Ce que j'ai remarqué, en parlant avec mes collègues, c'est qu'il n'y a pas vraiment de réaction neutre à ta musique. Est-ce que c'est quelque chose que tu cherches à provoquer ?
Hmmm... Encore une fois, la musique doit me plaire avant tout. Je ne suis jamais inquiète, en aucune manière, de comment va être perçue ma musique. Et je pense que, quand on fait ça, on gagne de la confiance. C'est de l'assurance dans mes goûts, qui ne sont donc pas ceux de tout le monde, ce qui ne me pose pas de problème, je peux tout à fait comprendre ça. Je ne pense d'ailleurs pas qu'une musique, quelle qu'elle soit, peut plaire à tout le monde, ça aurait d'ailleurs quelque chose de terrifiant, comme si les personnes n'avaient qu'un seul et même cerveau ! Du coup, je vis plutôt bien le fait que ma musique puisse être aimée mais aussi détestée.

A quel âge as-tu commencé à chanter ? Quand tu avais 15 ans il me semble...
Non, j'ai réellement commencé à chanter à l'âge de 23 ans.

Et maintenant, tu as confiance dans ta voix ? Pour moi, ça a été la première chose qui m'a remué à l'écoute de ton disque...
Oui, c'est désormais quelque chose de très naturel. Et j'apprécie d'autant plus que ça le soit que j'ai beaucoup travaillé pour ça, et sans tous ces efforts, je n'aurai jamais eu ce plaisir qui est de chanter désormais.

J'ai l'impression que tu peux tout chanter : tu sais murmurer, mais aussi être puissante dans ton chant... Aimerais-tu te concentrer sur un type de chansons en particulier, ou pas du tout ?
Je pense qu'une voix, c'est quelque chose de très malléable, et que l'on peut faire bien des choses avec. On peut chanter comme on parle, on peut aussi monter en volume comme descendre très bas, et c'est ce que j'ai essayé de faire avec ma voix, aller vers ces deux extrêmes.

Est-ce que tu considères ta voix comme un instrument à part entière ?
Oui, totalement.

Alors, on peut dire que vous êtes quatre sur scène...
Oui, sans doute (sourire). Ma voix et ma guitare sont des extensions l'une de l'autre.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews