Festival Art'Rock - Saint-Brieuc, le 17 mai 2002

24/07/2002, par La Rouff | Festivals |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

FESTIVAL ART ROCK - Saint Brieuc, le 17 mai 2002

Pour sa 19ème édition le festival Art Rock de Saint Brieuc nous avait préparé un plateau d'artistes des plus intéressants. Les programmateurs avaient eu le flair et le bon goût d'inviter 4 groupes hautement impliqués dans l'actualité musicale de ce début d'année. Au programme donc de ce week end de la pentecôte : l'electro ravageuse de Roysköpp, la pop des jeunots Sondre Lerche et The Electric Soft Parade ainsi que le rock atmosphérique d'Archive.

La lourde tache d'ouvrir la soirée était réservée au jeune Norvégien Sondre Lerche. De la hauteur de ses 19 ans à peine le jeune songwriter a réussi à focaliser l'attention du peu de spectateurs présents au début de son set, le reste des possesseurs de billets étant retenu dans les nombreux pubs briochins. Jouant la majorité de titres de son album Sondre Lerche nous livra un set à l'échelle de son énorme talent, sans aucune fausse note avec une gentillesse débordante. Pour beaucoup le concert du norvégien restera la bonne surprise de cette soirée.

 

Après une longue attente et quelques bières, c'est au tour des anglais de The Electric Soft Parade de monter sur la scène de la salle Robien. Sûrement impressionnés par la prestation de leur prédécesseur les frères White n'arriveront pas à justifier tous les espoirs portés sur leur premier et excellent album " Holes In The Wall". Malgré quelques morceaux accrocheurs et réussis leur prestation sera marquée par de nombreux problèmes techniques et une mauvaise humeur ravageuse. Ils finiront par quitter la scène fâchés en sacrifiant le dernier titre de leur set.


Puis vient l'heure pour la nouvelle formation d'Archive d'affronter le public briochin. Les claviers et machines des membres historiques du groupe Darius Keller et Danny Griffiths accompagné de la voix et du charisme de Craig Walker (ex Power of Dreams) réussiront grâce à une entrée fracassante à séduire un public en manque de sensation forte, d'envolées lyriques et de gros son. Se rapprochant de Pink Floyd certains de leurs morceaux auront tendance à agacer une certaine partie du public non disposée aux titres atmosphériques et interminables du groupe. Malgré cela Archive confirme qu'il est désormais également un groupe de scène, enfin pendant la première demi-heure…


Pour finir en beauté et sur une note plus festive la soirée était conclue par la révélation électro de l'année : Röyksopp. Les deux norvégiens avec leurs tubs (publicitaires) et leur arrogance ont fait chavirer le public et transformé la salle en un dance floor gigantesque. Les tubs s'enchaînent comme les scènes d'hysterie des briochaines tombées sous le charme des deux norvégiens (ou de la bière locale…). Après un rappel et quelques pas de danse il est temps de faire le bilan de la soirée. Et pour une fois le match Angleterre - Norvège semble avoir été remporté par les Scandinaves, dommage qu'ils ne soient pas qualifiés pour la coupe du monde…

la Rouff

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals