As Mercenarias - The Beginning of the End of the World

07/12/2005, par Kévin Le Gall | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

AS MERCENARIAS - The Beginning Of The End Of The World
(Soul Jazz / Discograph) - acheter ce disque

AS MERCENARIAS - The Beginning Of The End Of The WorldQue ceux qui croyaient avoir fait le tour du post-punk se réjouissent, Soul Jazz Records vous a déniché un petit bijou en provenance direct du Brésil. Non pas que ce groupe entièrement féminin soit le dernier buzz en date à déferler sur l'Europe. Non, rien de tout ça. Il aura simplement fallu attendre vingt-cinq ans pour que l'excellence de leur œuvre arrive à nos oreilles et il en faudra probablement autant pour fièrement réhabiliter ce groupe dans l'histoire, aux côtés des Joy Division et autres Gang of Four.
Déjà, il y a le titre de cette compilation, un peu ambigu, à l'aspect chaotique, qui pourrait laisser supposer que la musique est morte avec les Clash. C'est une explication. Une autre pourrait revêtir un caractère plus politique. Et c'est bien l'impression qui se dégage de l'écoute des premiers morceaux. Le très punk "Me Perco" ouvre le bal avec sa puissante ligne de basse et une guitare discrète mais néanmoins très hypnotique, s'accordant parfaitement avec le ton résolu et déterminé des Brésiliennes. Les "Me Perco Nesse Tempo" ("je me perds dans cette époque") résonnent violemment dans l'air, c'est sec, cassant, d'une sobriété aussi exemplaire qu'efficace. Ici, pas de chichis, on va droit au but. Couplets, refrains, et basta. Pas de fioritures ! Un solo ? Plutôt crever.
D'ailleurs, même avec seize chansons, As Mercenárias peine à dépasser la demi-heure. Qui irait leur reprocher ? Car malgré ce format étriqué, cette compilation met en avant une diversité des plus excitantes ; on retrouve cette rage, délicieusement sensuelle, qui, un peu à la manière des Slits, donne à penser que la violence est toujours plus belle lorsqu'elle sort de la bouche d'une femme. La cold-wave est également de la partie, comme sur "Imagem", elle assombrit un peu plus un ensemble déjà très amer. Il est également intéressant de voir comment ce groupe, en s'imprégnant de références plus qu'avouables, parvient à livrer un ensemble très personnel, marqué par des racines beaucoup plus profondes, aux accents ensoleillés de Bossa Nova (Lembrancas), rendant inévitable la comparaison avec d'autres Brésiliens, d'une autre génération : Os Mutantes. D'ailleurs la compilation, après nous avoir montré une bien belle palette, colorée de multiples qualités, s'autorise une petite incursion dans la pop en guise de conclusion, par petites touches, une pop rêche, pervertie par une voix déglinguée, et qui se termine sous une volée de "no future" (Trashland). Voilà pour le premier chapitre des aventures d'As Mercenárias, une histoire qui n'a pas fini de s'écrire puisque les demoiselles sont toujours en activité. Le Tigre n'a plus qu'à bien se tenir !

Kévin Le Gall

Me Perco
Policia
Imagem
Inimigo
Panico
Amor Inimigo
Loucos Sentimentos
Labririntos
Alem Acima
Santa Igreja
Lembrancas
Ha Dez Anos Passados
Somos Milhoes
Acao Na Cidade
Kyrie
Trashland


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews