Aufgang - Interview

15/09/2010, par | Interviews |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

AUFGANG

Aufgang s'est fait en moins d'un an une très belle réputation, à la fois grâce à des disques captivants, mais aussi grâce à des prestations live ébouriffantes. Alors que le groupe a sorti un EP "Air on Fire" magnifique, quelques mois seulement après un album qui avait lui aussi marqué les esprits, POPnews a décidé de poser quelques questions à Aymeric, le batteur du groupe.

Aufgang_01

Pourquoi un EP maintenant ? Pourquoi ce format court ?
Puisque nous avons pris le temps de sortir notre premier album, nous avons eu envie et besoin de sortir cet EP rapidement. De plus il contient un morceau qu'on a eu du mal à ne pas mettre sur l'album, "Douce Violence" et que nous voulions à tout prix sortir.

Votre musique est à la fois très riche et très accessible. Comment savez-vous, quand vous composez, que vous ne devez plus en rajouter ?
On procède tout à fait à l'inverse, on pose toutes les idées qui nous viennent puis on épure, le plus dur ayant été de choisir les différentes versions de nos morceaux. Concernant l'accessibilité de notre musique, on ne contrôle pas, on tente des formats différents, non standardisés, mais on ne veut pas du tout produire une musique élitiste. Si on arrive à rassembler un maximum de cultures différentes, c'est une grande satisfaction.

Vous avez fait un remix d'un de vos propres titres. Est-ce que c'est une façon d'affirmer qu'une chanson n'est jamais arrêtée ?
Bien sûr qu' une chanson n'est jamais arrêtée. Dans la musique classique, il y a cette notion d'interprétation qui est très importante, d'un interprète à l'autre une oeuvre ne sera jamais la même, voire même radicalement différente et on retrouve finalement ce rapport dans le concept même du remix.

De même, vous avez confié plusieurs titres à des remixeurs. Est-ce vous qui les avez sollicité, ou vous ont-ils abordé ? Est-ce que cette démarche vous est naturelle ?
C'est principalement notre label, Infiné, qui s'occupe de solliciter les artistes pour les remix.
Pour nous, cette démarche est essentielle, c'est d'ailleurs un privilège d'entendre sa propre musique revisitée et réinterprétée par d'autres artistes. Infiné a d'ailleurs pris l'initiative de proposer un concours de remix de notre dernier titre "Dulceria".

Vous mélangez classique et musique électronique. Est-ce que cela est bien perçu par l'univers du classique et de l'électro ?
Nous ne faisons pas de la fusion. Si la musique classique et électronique ressortent dans notre langage, c'est qu'elles ont toutes deux une influence très importante sur nous. Cependant la pop, le rock et hip-hop nous influencent aussi très fortement. Aufgang a aujourd'hui sa propre étiquette: "c'est un groupe sans étiquette". Nous avons joué au Sonar, festival de musique électronique, et à la Roque d'Anthéron, un festival plutôt classique/jazz axé autour du piano, à un mois d'intervalle avec quasiment le même set et l'intérêt des gens présents à ces deux concerts était identique. On ne doit sûrement pas plaire à certains extrémistes du monde classique ou de l'électro, mais on s'en fout complètement car on fait ce qu'on aime et ce avec la plus grande liberté.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews