B.C. Camplight - Blink of a Nihilist

album de la semaine du 08/08/2007, par Frédéric Antona | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

B.C. CAMPLIGHT - Blink Of A Nihilist
(One Little Indian / PIAS) [site] - acheter ce disque

B.C. CAMPLIGHT - Blink Of A NihilistMais quel type de musique peut bien se cacher derrière une pochette aussi peu engageante ? Un véritable régal de pop sucrée, qui fait mal aux dents. Après avoir débarqué sur la scène musicale il y a deux ans avec "Hide, Run Away", Brian Christinzio revient avec un collier de pop-songs complexes à souhait. Il fait partie de cette génération de musiciens - à l'instar des High Llamas - pour qui des disques tels qu' "Odessey & Oracle" des Zombies ou "Present Tense" de Sagittarius font office de Tables de la Loi. Mais - à la différence d'un groupe comme Hal, par exemple - Christinzio a l'intelligence de voir plus loin que la copie carbone d'un style, il retient également la démarche de ce type de groupes : des compositions qui, tout en portant en elles-mêmes une forte accessibilité et une grande évidence pop, sont basées sur des structures complexes, et renferment un grand nombre de mélodies à tiroirs et de cassures rythmiques. L'exemple le plus représentatif de cette vision artistique est sans nul doute "Soy Tonto !" qui débute par un rythme chaloupé proche du cha-cha, pour partir ensuite vers des paysages pop particulièrement élaborées, composés d'arrangements de cuivres audacieux, de tambourins et castagnettes (référence spectorienne qui m'est chère). Les orgues solennels de "Grey Young Amelia" ne sont pas sans rappeler le mysticisme opiacé de Brian Wilson à l'époque de "Smile".

Certaines sonorités brisent parfois le sentiment de plénitude harmonique de l'ensemble (comme un clavier au son quelque peu... obsolète qui se fait entendre, notamment sur "Forget About Your Bones"), mais je n'ai pu qu'être enchanté par les entrelacements vocaux présents sur "I've Got a Bad Cold" ou les parties de batterie de "Suffer For Two", souples et tordues tout à la fois. Et je ne parle même pas de "Scare Me Sweetly", la chanson que Belle and Sebastian a oublié d'écrire. Ce grand moment de pop arrangée à l'ancienne méritait mieux que cette pochette assez discutable, il faut bien le reconnaitre. Mais fiez-vous à l'adage "Don't judge a book by its cover", et laissez-vous conquérir par cette pop classique traversée par un regard moderne.

Frédéric Antona

Suffer for Two
Lord, I've Been On Fire
Werewolf Waltz
Forget About Your Bones
Soy Tonto!
The Hip and the Homeless
The 22 Skidoo
Officer Down
Grey Young Amelia
I've Got a Bad Cold
Scare Me Sweetly


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews