Ben Christophers - The Spaces in Between

10/11/2004, par Gabriel Marian | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

BEN CHRISTOPHERS - The Spaces in Between
(Cooking Vinyl / Wagram) - [site]

BEN CHRISTOPHERS - The Spaces in BetweenEn 2000, avec "My Beautiful Demon", on découvrait la mélancolie aristocratique d'un song-writer qui n'hésitait pas à marier le folk aux sonorités électro les plus "tendance". Ben Christophers posait sa voix suave-acidulée et entêtante sur des ballades parfois angoissantes, parfois tout simplement cristallines avec la légèreté et la fausse fragilité d'un poète. Le deuxième album, "Spoonface", apportait un changement majeur d'ambiance : on n'y retrouvait que des traces infimes de romantisme, remplacé par un étonnant sens du groove pop-rock. Les fans conquis par le spleen du début ne retrouvaient plus le dandy ténébreux dont la photo virée en sépia trônait sur la pochette du CD. La poésie crépusculaire avait cédé le pas aux rythmes festifs et à une énergie mélodique contagieuse. Cette année, dans un troisième mouvement très attendu, une synthèse subtile s'opère : les accords mineurs sont de retour, mais la pop reste présente, et sous les formes les plus inattendues, comme dans "A Race Between Me And Forever" qui rend hommage à l'écriture des Beatles, ou "Good Day for the Hopeless", dans une veine plutôt "brit-pop 90's". C'est une synthèse qui se fait sous le signe de l'humour : la mélancolie ne se prend plus au sérieux, les rythmes qui s'animent font penser à des éclats de rire. On s'amuse à identifier les références sonores à des films ou séries SF style années '60, comme dans "River Song" (qui parvient à rendre émouvant un son qu'on dirait extrait de "Mars Attacks"), ou dans "The Drinking Tree" (avec ses discrets jingles cosmiques). Les ballades folk sont toutes saupoudrées de détails savoureux (ici un vibraphone ou une orgue vintage, là des frémissements synthétiques) et alternent avec de petites merveilles de pop mélodique. On retrouve la maîtrise et le raffinement dans le choix des sonorités électriques, surtout dans les deux morceaux de la fin, peut-être les seuls où la frontière entre ironie et mélancolie est si délicate qu'elle semble s'effacer. Le savant dosage de folk, pop et électro met encore plus en valeur l'originalité de paroles qu'on a envie de relire. Alors que le deuxième album laissait un peu perplexe, "The Space In Between" réussit d'un même coup à confirmer les talents de song-writer et de poète de Ben Christophers et aussi à prouver qu'il aime jouer avec les masques.

Gabriel

Flowers Drink Upon The Ground
Good Day For The Hopeless
Everybody Stood To See Us
River Song
The Drinking Tree
Cat Sculls
A Race Between Me And Forever
Fake Eyelash
A Devil To Kill
Where The Road Bends
Spaces In Between





Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog