Daphné K+ Arnaud Cathrine, Bertrand Betsch - Le Grand Mix, Tourcoing, le 6 novembre 2004

10/11/2004, par Hélène Martin | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DAPHNÉ K + ARNAUD CATHRINE, BERTRAND BETSCH - Le Grand Mix, Tourcoing, le 6 novembre 2004

Le temps d'un monde parallèle, Lille s'est inspiré du festival Hollandais "Crossing Border" et c'est ainsi que tout le week-end se sont succédées des performances alliant, avec plus ou moins de bonheur, musique et littérature. C'est dans ce cadre qu'avait lieu au Grand Mix le concert de Bertrand Betsch venu défendre sur scène "Pas de bras, pas de chocolat", son très réussi dernier album.
En ouverture, Daphné K, ses musiciens (dont un épatant violoncelliste), ont interprété des chansons écrites par Arnaud Cathrine. Celui-ci, également présent, a lu de sa voix douce ses propres textes et a ainsi  pu confirmer, après sa participation au recueil de nouvelles inspirées par les titres des chansons du dernier album de Dominique A, son attrait pour la musique.
Ensuite, après cette agréable première partie, vint le tour de Bertrand Betsch qui a commencé par la lecture de très courts textes, par exemple : "Un homme pleure dans sa voiture et met en route ses essuie-glaces", "Stéphane regarde un champ de coquelicots et se met à saigner du nez"... Si "la soupe à la grimace" semblait le complément sonore idéal à la lecture des livres de Laurent Mauvignier, là on pense plutôt à certains poèmes de Richard Brautigan.
Ensuite, accompagné de deux musiciens, il a passé en revue "Pas de bras, pas de chocolat", en commençant par "Les mots ont leur importance" (une des plus belles chansons de l'album avec "Des gens attendent"). 
On le sent plus apaisé que lors de ses tous premiers concerts, il y a moins de violence rentrée et le résultat est moins "brut". Cela n'enlève rien à la performance et on est loin d'avoir envie de dire "je t'aimais mieux avant, Bertrand" car l'émotion est bien présente et ses chansons font mouche en grattant là où ça fait mal (de plus sa reprise de Marie Dubas "ça fait peur aux oiseaux" donne le frisson de manière toujours aussi imparable). 
Un type touchant, des mots et des mélodies qui sonnent juste et résonnent longtemps en nous, que demander de plus pour passer une excellente soirée ?

Hélène

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews