Bilan 2016 - 10 révélations

21/01/2017, par , et | Bilans annuels |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Trupa Trupa

Sorti il y a un an, l’album “Headache” des Polonais Trupa Trupa a reçu à l’automne dernier un joli coup de projecteur grâce au label français Ici d’ailleurs. Leur post-rock blafard donne parfois l’impression d’entendre jouer les enfants de Hood et Codeine, alors rien que pour ça on a envie de suivre ce groupe jusqu’au bout. En attendant, on espère qu’une date de concert chez nous se profile à l’horizon. (MG)

 

L.A. Salami

C’est son vrai nom, et il n’est pas charcutier. Coiffé à la Basquiat, le baladin anglais Lookman Adekunle Salami chante le folk comme Dylan et d’autres grands anciens, mais pour décrire la réalité d’aujourd’hui. Une voix, des mots, des mélodies qui touchent au cœur : dans la rage ou dans l’apaisement, les chansons de ce jeune homme très doué, rassemblées sur un copieux premier album, sont parmi les plus belles et vives entendues cette année. (VA)

 

Brian S. Cassidy

Bien qu’il ait joué avec Shearwater et (surtout) Okkervil River, d’ailleurs auteurs d’un magnifique album cette année, le Texan Brian S. Cassidy était pour nous un illustre inconnu. Sous une superbe pochette montrant un paysage de montagne, son premier album “Alpine Seas”, sorti en France par nos camarades de Microcultures, nous promène sur des terres americana et folk-rock indé qui nous sont familières. Chacun des dix morceaux, qu’il a enregistrés seul (on entend juste ses deux enfants par moments), sans doute dans son home studio, brille d’un éclat particulier. Leur apparent dépouillement cache un délicat travail d’arrangements, et un talent rare pour la mélodie pop qui s’incruste sans qu’on y prenne gare. Ce disque modeste mais parfaitement abouti fut l’un de nos plaisirs les plus constants de 2016. (VA)

 

Julia Jacklin

Don’t let the kids win”, le premier album de cette blonde Australienne, fait entendre une voix envoûtante, légèrement voilée, et l’écriture d’une héritière de Cat Power ou Sharon Van Etten – avec un peu plus de légèreté, sans doute. Entre accents country, clins d’œil fifties et indie rock à guitares plus contemporain, Julia Jacklin montre déjà une remarquable maturité. Son disque raconte avec beaucoup de sensibilité le “coming of age” (titre d’une des chansons) d’une jeune adulte en proie au doute et à la nostalgie d’une adolescence suburbaine, mise en scène dans des clips rappelant un peu l’univers de “Virgin Suicides”. On a hâte de la découvrir sur scène en 2017. (VA)

 

Le Ton Mité

Ok McCloud Zicmuse écume les scènes du monde entier depuis de nombreuses années et a enregistré pas mal de disques (dont le dernier "Kumokokudo" avec Eloïse Decazes était une belle réussite). Il a frôlé le succès avec ses Hoquets mais a su saborder le navire avant la starification, et il paraîtrait même que son projet r'n’b Lover B (et son alter belgo, Lover BE) serait sur le point de suivre la même pente ascensionnelle. Mais hors de question pour lui (et pour nous) que son projet le plus personnel, Le Ton Mité, reste sur le carreau. En 2017 sortira donc, chez Crammed Discs, "Passé Composé Futur Conditionnel", un album ambitieux et popeux, plein de vents, de cuivres et de claviers (clavecin compris) et on espère bien que le succès, critique et public, suivra. Pour notre part, et après de nombreuses écoutes, nous sommes déjà conquis et on en reparlera plus longuement. En attendant, toujours chez Crammed, “Mystery Trail to Space Needle”, un 45-tours aux accents “deerhoofiens”, est déjà dans les bacs, et un concours – international ! – de coloriage de pochette est d'ores et déjà lancé. (GD) 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews