Blonde Redhead - Misery Is A Butterfly

album de la semaine du 21/04/2004, par Jan Fiévé | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

BLONDE REDHEAD - Misery Is A Butterfly
(4AD / Beggars Banquet)

BLONDE REDHEAD - Misery Is A ButterflyIl aura donc fallu attendre près de 4 ans pour qu'enfin arrive le successeur de "Melody Of Certain Damaged Lemons". Quatre longues années sans rien (ou presque) à se mettre sous la dent avant qu'enfin Kazu Makino et les frères Pace, orfèvres pop et prétendants au trône de plus grand groupe de l'univers, daignent finalement sortir de leur tanière. Rassurons-nous, cette terrible attente n'aura pas été vaine tant il semble que durant cette éprouvante période d'hibernation leur chrysalide pop-noisy lumineuse se soit transformée en papillon céleste. Secondés aux manettes par Guy Picciotto, génial démiurge échappé de Fugazi déjà à l'œuvre sur "In An Expressive Of The Inexpressible", les Blonde Redhead nous offrent une nouvelle fois la lune. Soit un opus aérien à haute teneur en mélodies solaires, une galette aux allures de space cake, une capsule spatiale enchantée. "Misery Is A Butterfly", c'est un peu "Bienvenue dans l'hyper espace". Au gré des compositions, on passe de la contemplation béate ("Anticipation", ou le très pop "Maddening Cloud" et sa batterie déchaînée), à la tristesse la plus insondable ("Messenger", "Falling Man") avec cette délectation propre à la dégustation des grands crus millésimés. Comme à l'accoutumée sur les albums du trio, on retrouve avec un même plaisir ces chansons bouleversantes qu'on jurerait chippées à un convoi d'anges sous hallucinogènes : les arrangements de cordes, complexes et chatoyants, sont de toute beauté, et le reste de l'orchestration est du même acabit. Se démarquant définitivement de l'ombre parfois envahissante de leurs parrains Sonic Youth et de la scène noise new-yorkaise (les guitares, autrefois omniprésentes, s'effacent ici au profit de claviers enchanteurs), le groupe donne enfin la mesure de son indéniable talent, et signe avec ce sixième album au doux parfum d'Eden son plus beau disque. Magistral.

Jan


Elephant Woman
Messenger
Melody
Doll Is Mine
Misery Is A Butterfly
Falling Man
Anticipation
Maddening Cloud
Magic Mountain
Pink Love
Equus

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals