Broken Bells - S/T

15/04/2010, par Matthieu Chauveau | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

BROKEN BELLS - S/T
(Columbia) [site] - acheter ce disque

BROKEN BELLS - S/TRencontre de la tête pensante des Shins et d'un des producteurs les plus en vue du moment (Gnarls Barkley, bien sûr, mais aussi Damon Albarn avec ou sans Gorillaz, Beck et même Sparklehorse !) Broken Bells est un album (projet ?) très (trop ?) dans l'air du temps : production à la fois electro, psyché, funky, synthétique, organique, glam, planante... sur des mélodies à tiroirs très pop. En un mot : "branché". En effet, depuis le premier album de MGMT, il semble que tout un courant d'une certaine (indie ?) pop se soit décomplexé. On constate donc une profusion de projets electro, psyché, funky, etc. etc. venant d'artistes qui nous avaient habitués à un autre registre (même le chanteur de Louise Attaque semble s'y être mis tout récemment... !?). Retenons ici les meilleurs : Julian Casablancas des Strokes et son "Phrazes For The Young" et Luke Steele de Sleepy Jackson et son "Empire Of The Sun".
Pour James Mercer et son Broken Bells, comme dans les deux cas précités, ça fonctionne plutôt bien. En effet, avec un songwriter de la trempe de Mercer (une espèce en voie de disparition : mélodiste très pop et lyricist très bavard, une sorte de nouveau Costello donc) on n'est jamais vraiment déçu. Même si l'album n'atteint pas le sommet que fut "Chutes Too Narrow", deuxième LP des Shins sorti en 2004, plus le disque tourne dans la platine, plus certains titres s'imposent comme de grandes pop songs. Retenons tout particulièrement le morceau d'ouverture, "The High Road", à la mélodie qui ne prend son envol qu'en fin de titre et l'excellent "Citizen" à l'architecture savante baignée dans une atmosphère vaporeuse (titre qu'on croirait tout droit sorti du génial "10 000 Hz Legend" du duo versaillais Air).
Reste qu'il peut être facile de passer à côté de ce disque à la production trop facilement dans l'air du temps. Comme avec les albums des Shins, plusieurs écoutes s'imposent pour apprécier pleinement les mélodies de Mercer d'autant qu'elles sont ici plus que jamais finement ciselées : alors qu'on croit les chansons parties dans telle direction, elles changent subitement de forme et ne cessent de surprendre l'auditeur... jusqu'à le perdre ?

Matthieu Chauveau

acheter ce disque

The High Road
Vaporize
Your Head Is on Fire
The Ghost Inside
Sailing to Nowhere
Trap Doors
Citizen
October
Mongrel Heart
The Mall & Misery

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals