Rodolphe Burger, Olivier Cadiot - Hôtel Robinson

18/12/2002, par David Larre | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

RODOLPHE BURGER & OLIVIER CADIOT - Hôtel Robinson
(Dernière Bande / Wagram)

RODOLPHE BURGER & OLIVIER CADIOT - Hôtel RobinsonAlbum de la récidive, après "Welche / On n'est pas des Indiens", paru en 2000, la nouvelle livraison du tandem Burger / Cadiot ne déroutera pas outre mesure les aficionados, et ajoutera simplement une tonalité franche et directe (le disque est le fruit d'enregistrements publics) à leur démarche créative, entre l'expérimentation sonore et l'énergie rock. En amont et en aval de la création proprement dite au festival des Vieilles Charrues en juillet de cette année, l'équipe a tout de même varié le dispositif : le "pré-texte" tout d'abord, une virée ethnolinguistique sur l'île de Batz (Finistère), avec reportage in situ, captation des récits autochtones, recyclés de manière diffractée, amusée et lancinante, sur les morceaux les plus attachants de l'ensemble ("Totem & Tabou", "Choral"). De retour à Paris, le groupe travaille à une structure rock qui donne forme au matériau, ajoute quantité de samples de voix extérieures, perçues comme les réminiscences affectives et culturelles qui fondent l'identité d'une démarche (Jack Spicer, Gilles Deleuze, Henry Miller, James Blood Ulmer) et rhabille de couleurs nouvelles certaines des compositions de Burger (le toujours étrange "Cheval Jungle" devenu "Cheval-Mouvement" ou "Billy the Kid"). Au terme de ce travail, un mix électronique discret de Doctor L. qui allège le dispositif à coup de petites touches ironiques discrètes. Le résultat est tout aussi expérimental qu'accessible, les textes jouant aussi bien de la grammaire enfantine que des échos thématiques les plus structurés (la perte des repères, le mouvement de la nature ou des machines), les musiques mariant brutalité et douceur, simplicité rock et raffinement. Pourquoi alors le disque ne parvient-il pas tout à fait à séduire ? C'est peut-être le fait d'une démarche qui, pour puiser dans la matière sonore et la malaxer à travers toutes sortes d'instruments et de constructions, en oublie parfois l'émotion ou la vertu d'une adresse à l'auditeur.

David

Intro
B à Batz
Totem & Tabou
Intermède
Cheval-Mouvement
From the East to the West
Billy the Kid
Je nage
Hôtel Robinson
Choral













les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews