Calexico - World Drifts In

29/09/2004, par Rodérick Petetin | DVD |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

CALEXICO - World Drifts In
(City Slang / Labels)

CALEXICO - World Drifts InJe le confesse : j'avais une forte envie de chroniquer ce DVD de Calexico pour en faire une espèce de célébration de ces figures emblématiques de la scène américaine. J'allais même évoquer combien Giant Sand avait été une influence majeure de beaucoup de groupes actuels, que l'album d'OP8 ne doit pas être loin de mon panthéon discographique et même peut-être me fendre d'un poème en alexandrins sur le jeu de batterie tout en nuances de John Convertino... Seulement, au début de ce concert, je n'avais plus qu'un chose en tête : mais pourquoi ont-ils choisi le Barbican de Londres pour faire ce DVD ? Alors que n'importe quel boui-boui à Buds d'Arizona aurait fait mon bonheur. La chaleur écrasante d'une fin d'après-midi, la poussière de sable maculant les trucks aux pneus dégonflés par trop de chaud/froid, les mariachis se reposant à l'ombre de leur sombrero... J'avais vraiment ce cliché bien ancré en tête. Le premier plan (une vue plongeante sur la scène du Barbican) m'a légèrement refroidi. Bien sûr c'est un concert exceptionnel (une formation de mariachis in extenso, Françoiz Breut pour deux chansons et une salle magnifique pleine de dorures en plein Londres) et le groupe joue à la perfection mais la froideur de cette salle est étourdissante (certainement accentuée par le format vidéo). D'ailleurs, le public aussi est trop bien installé pour vraiment gratifier les musiciens d'un accueil chaleureux, il faudra un grand Joey Burns et l'apport d'une dizaine de mariachis, toutes trompettes dehors, pour vraiment lancer le concert. Finalement, le groupe emporte le tout avec une série de morceaux entraînants (dont le magnifique "Cancion Del Mariachi" avec Ruben Moreno au chant) et fait valoir sa réputation de groupe de scène talentueux et perfectionniste... A noter la présence de bonus : des interviews, trois documentaires (dont un de Joey Burns), des clips du groupe et un excellent cartoon mettant en scène El Kabong.

Rodérick

Live At The Barbican :
Wash
Sonic Wind
Sunken Waltz
The Ride (PT 2)
Frontera/Trigger
Woven Birds
Not Even Stevie Nicks...
Black Heart
El Picador
Accross The Wire
Quattro (World Drifts In)
Ballad Of Cable Hogue w/ Françoiz Breut
Si Tu Disais (Françoiz Breut)
Stray
Cancion Del Mariachi w/ Ruben Moreno
Corona
Close Behind
Aires Del Mayab w/ Lulu Olivares
El Cascabel
Crystal Frontier

Bonus :
Border Horse (Doc by Bill Carter)
The Soul of Mariachi (By Joey Burns)
Shot And Mounted (Tour film by James Murray)
Interviews
El Kabong Rides Again
Videos





les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews