Cannes en sons (2) : U2, l'original et la copie

29/05/2007, par | Autre chose |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Toute la journée, la rumeur avait enflé sur la Croisette (retenez bien cette phrase, elle pourra resservir l'année prochaine). On annonçait la venue de U2 à Cannes, peut-être même donneraient-ils un mini-concert avant la projection du film "U2 3D" au Palais des festivals... Bon, certains avaient déjà fait le coup avec New Order en début de quinzaine, mais le groupe s'étant récemment séparé, ses membres étaient venus en ordre dispersé à l'occasion de la projection de "Control", le film d'Anton Corbijn sur Joy Division. On y croyait donc mollement, et pourtant, c'est bien les quatre Irlandais, fringués comme des mafieux albanais partis faire la tournée des boîtes à putes de Tirana, qui montent les fameuses marches du Palais des festivals ce soir-là, jusqu'au palier où avaient été installés les instruments. On joue des coudes et on pousse les branches pour les voir, de loin. Ils jouent "Vertigo" et "Where the Streets Have No Name" devant une foule en délire. Ayant récupéré une place in extremis (merci Richard), j'assiste ensuite à la projo, le nez chaussé de lunettes ridicules permettant de voir les images en relief. C'est marrant cinq minutes, surtout quand Bono pointe le doigt en avant, mais l'aspect mégalomane de leurs shows et les poses de sauveur du chanteur ont plutôt tendance à me taper sur le système. D'autant qu'on entend surtout des morceaux récents, qui ne sont pas forcément ce qu'ils ont fait de mieux... Le côté rigolo, c'est que les spectateurs réagissent comme s'ils étaient à un vrai concert, applaudissant entre les chansons et allumant même leurs portables en guise de briquets. Prochaine étape : Bono, Mick et autres rockeurs de stade remplacés par des hologrammes sur scène ? (A suivre : la Quinzaine des réalisateurs et la Semaine internationale de la critique)

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog