Car Seat Headrest, Capsula - Rock School Barbey (Bordeaux) - 09/06/2016

21/06/2016, par | Concerts |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Par un malheureux hasard de calendrier, le concert de ce soir se retrouvait en face d’une belle affiche au Krakatoa, mais le hall de Barbey compte quand même une petite poignée d’irréductibles qui se masse devant la petite scène qu’investit Car Seat Headrest. L’Américain Will Toledo vient de sortir son premier album chez Matador après une déjà très longue carrière en autorpoduction (une dizaine d’albums), et le jeune homme a rappelé pourquoi son projet remportait un succès croissant. Energique derrière un look renvoyant à tous les codes d’un geek, Will Toledo a surtout des chansons qui empruntent le meilleur du rock des 90’s, le réutilisent avec intelligence et un sens du songwriting affûté. Pas de temps faible durant les 50 minutes du set, mais une belle poignée de tubes (“Fill in the Blank”, “Drunk Drivers”, “Unforgiving Girl”) joués par quatre jeunes gens qui semblent mal dégrossis au premier regard, mais forment ensemble un sacré groupe.

Car Seat Headrest

Car Seat Headrest

La chaleur est intense dans le hall de Barbey, et c’est au tour de Capsula de venir entretenir la fournaise. Inutile de préciser que le trio argentin, installé à Bilbao il me semble, a largement contribué à la suée générale, comme ils l’avaient fait il y a quelques mois au Black Bass festival circa 2015. C’est du rock’n’roll, tout ce qu’il y a de plus basique mais également de plus glorieux dans sa simplicité et son efficacité. Les lignes de guitare font mouche à chaque chanson, il y a un côte “cuir et sueur” sincère, avec une belle setlist de 13 morceaux, alternant les tempos rapides et les touches de psychédélisme, avec force soli de guitare dans la foule, mini-pogos bienveillants, le tout toujours dans une ambiance très bon enfant. Le groupe n’est jamais avare de mots pour le public, est présent par pure passion sans s’économiser à aucun moment, faisant de chaque morceau un super moment (“Dirty Rat”, “Burning Hearts”, “Candle Candle”, “Santa Rosa”). Un rappel conclu sur “Suffragette City” de Bowie, joué à une sauce punk très réussie, referme une très belle soirée qui faisait la part belle aux guitares et au rock.

Capsula backstage

Merci à Guillaume de Vicious Circle. Photos (live et backstage) : Bastien Mélia

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews