Carla Torgerson - Saint Stranger

17/02/2005, par Jean-Christophe Mauger | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

CARLA TORGERSON - Saint Stranger
(Glitterhouse / Chronowax)

CARLA TORGERSON - Saint StrangerLes disques des Walkabouts (jusqu'à "Life Full of Holes" en gros) étaient si bons qu'on devrait assujettir à un impôt spécial tous ceux qui ne les ont jamais écoutés, d'autant que ces veinards vont avoir l'occasion de découvrir avec cet album une des voix les plus vibrantes de la pop américaine actuelle. "Saint Stranger" est la première escapade solo de Carla Torgerson en-dehors du groupe qui l'a fait connaître et surtout sans Chris Eckman, mentor, ex-compagnon et pilier des Walkabouts. Et comme pour les premiers tours de roue à vélo, elle a jugé nécessaire que quelqu'un se tienne sur le porte-bagages, histoire de garder l'équilibre - rôle joué ici par Akis Boyatzis, musicien grec qui a composé la majorité des titres et produit la totalité de l'album, d'où la pochette en forme d'icône grêlée et la vibrante déclaration d'amour à la Grèce dans le livret. Affirmer que ce disque ne suscite pas chez le chroniqueur, largement incompétent en matière de folklore hellène et naturellement suspicieux dès que la world music pointe son nez, une certaine défiance serait mentir. Et "Saint Stranger" donne à au moins deux reprises ("Rend", perclus de cordes rances et de bruitages assommants et "Dreh Es Um", 9 minutes de talk-over en allemand sur fond de rythmique orientale, n'importe quoi) des raisons de s'inquiéter. Mais de manière générale, l'axe Seattle-Patmos fonctionne a peu près bien, tout au long de chansons ambitieuses et sophistiquées dans leurs arrangements mais suffisamment bien torchées (dont une, très classe, par Laura Veirs) pour qu'on laisse s'insinuer le climat tout en douceur et en atmosphère dans lequel elle a manifestement envie de nous plonger. Et puis, au risque de se répéter, on ne s'ennuie jamais vraiment quand Carla Torgerson prend le micro, les nuances, la profondeur et la pureté de sa voix et de son timbre compensant largement certaines des facilités que ce disque s'autorise parfois (même si "Dust as We" et "Today is Tomorrow, Another Day" sont superbes, rien à dire). Disque idéal pour un dimanche matin sous la couette, "Saint Stranger" ne vous donnera pas forcément envie de vous lever. Pour son auteur, il valait bien une traversée de l'Atlantique.

Jean-Christophe Mauger

Pelagic
Today is Tomorrow, Another Day
Dust as We
Two to Tango
Dreh es Um
The Forever last Nothing
Temperature Dream Thinking Bed
Temperature Dream Thinking Bed revisited
Through December
Guardian Angels
Rend


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals