Ceschi - Broken Bone Ballads

02/07/2015, par Sylvain Bertot | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Ceschi - Broken Bone Ballads


Il s'en est passé du temps, avant que ne sorte enfin un nouvel album de Ceschi Ramos, avant qu'il ne nous livre ce "Broken Bone Ballads", produit cette fois par un autre activiste infatigable de l'indie rap, Factor, désormais Factor Chandelier. Cinq années se sont écoulées, très exactement, cinq années marquées, pour le rappeur et instrumentiste de New Haven, par le développement constant de son label, Fake Four, par un bref séjour en prison pour une sombre histoire de trafic de beuh, et par tout le tintouin juridico-légal engagé pour régler cette sale affaire.

Cinq années, c'est long. Et pourtant, "Broken Bone Ballads" ne surprendra pas ceux qui avaient déjà goûté au très bon "The One Man Band Broke Up", en 2010. Ceschi, c'est sa marque de fabrique, celle de son label, et plus généralement de cette scène post-indé dont il est aujourd'hui au centre : c'est du rap délivré à toute allure, à la mode Project Blowed, sur des instrus bardées de samples comme il y a 15 ou 20 ans, mais mâtiné de sonorités issues du folk et de l'indie rock, par un homme qui maîtrise autant les arcanes du emceeing que celles de la guitare.

Parfois, Ceschi se lance dans des titres principalement rappés, comme "Forever 33" et "Beauty for Bosses". D'autre fois, le chant domine, comme avec les beaux "Bite Through Stone" et "Elm City Ballad", ou ce "One Hundred Dragonflies", dans un registre pop baroque 60's. Ou encore, à l'image du titre d'ouverture "Choke Parade", les couplets sont du pur rap, récité sur des boucles, mais les refrains peuvent être chantés sur un festival de cuivres luxuriants, avec des mélodies mélancoliques réminiscentes de Paul McCartney. Cette formule mixte, le rappeur et chanteur l'emploie souvent, avec succès, du titre précité à "Rowing in Circles".

Sur "Broken Bone Ballads", comme l'indique son titre (une allusion biographique à un bras de fer qui avait mal tourné), Ceschi nous livre, en plus de piques éparses contre l'asservissement économique, un témoignage des frustrations et des luttes quotidiennes d'un artiste raté. Il fait part de son dépit artistique, lequel était déjà le thème de "The One Man Band Broke Up". Mais cette fois, il ne se cache plus derrière un personnage, et il force plus encore sur la confession, se livrant sur sa famille, sur ses expériences, ou sur sa ville de New Haven. Il se met d'ailleurs tellement à nu, il est si proche du journal intime, que ça en est presque embarrassant, comme avec cet hommage aux disparus qu'est "Beyond the End".

Cependant, le plus souvent, Ceschi convainc autant qu'avec ses deux derniers albums. Il utilise encore cette recette éprouvée qui consiste à partager ses peines sur un air léger et entraînant, comme avec le refrain aux relents folkloriques de "Say Something". Le rappeur convie aussi ce qu'il faut d'invités, son frère David, iCON the MIC King et Shoshin sur "Kurzweil", et Sage Francis sur l'envolée finale de "Barely Alive", deux titres complémentaires, proclamant tour à tour que la vie est rude et ingrate, mais qu'elle vaut la peine d'être vécue. Aussi, les idées sont là, nombreuses, comme avec l'accordéon de cet "Elm City Ballad" que le rappeur dédie au lieu où il a grandi. Et l'alchimie avec Factor, cette façon que les deux compères ont de mêler sans accrocs boucles, samples et passages organiques joués pour de vrai, opère au mieux, offrant à Ceschi l'occasion d'enrichir encore, avec "Broken Bone Ballads", une discographie déjà loin d'être négligeable.

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews