Ceschi - They Hate Francisco False

19/05/2006, par Sylvain Bertot | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

CESCHI - They Hate Francisco False
(Net31 / Revolver Distribution) - [site]

CESCHI - They Hate Francisco FalseIl était bien, le premier Ceschi. Tout était craquant sur ce patchwork invraisemblable d'idées, de styles et de fantaisies, dans cet assemblage de hip hop, de pop et de plein d'autres choses, dans ces chants mélodieux ou ces raps endiablés entonnés en espagnol comme en anglais. Incontestablement, "Fake Flowers" est l'un des disques à retenir de l'année rap 2004. Mais depuis et jusqu'à ce jour, plus grand-chose de consistant. Seulement l'album en demi-teinte de son frère David, "Jesus Taylor Thomas", et la perspective de plus en plus hypothétique d'un prochain album de Toca, le groupe des deux frangins, de Tommy V. et de Xololanxinxo. Rien de substantiel à se mettre sous la dent jusqu'à ce que soit annoncé ce deuxième album solo, un tout petit disque d'à peine une demi-heure et de 14 titres concis abrités dans un joli digipack.

"They Hate Francisco False" est différent de "Fake Flowers". Sur ce nouvel album, Ceschi restreint le spectre, il limite ses sujets et se concentre sur des propos doux amers inspirés par une histoire d'amour déçue. Et comme pour accompagner ce genre de paroles, on n'a jamais trouvé mieux qu'une guitare et de jolies mélodies chantées, le frère Ramos propose un disque quasi exclusivement pop rock, un disque très homogène, malgré la présence de plusieurs beatmakers. Les raps sont toujours là, parfois, avec ce phrasé très rapide qui est la marque de fabrique de ces gens. Mais ils ne servent que de complément, quand toute l'amertume que nous fait partager Ceschi doit être relevée par un peu de colère et d'emportement. Même chose pour les instruments, des synthés, un mélodica et des scratches, ainsi que ces cousines de la guitare que sont la mandoline et le ukulélé. Ils viennent épicer les chansons, mais ils contrarient peu la coloration pop de l'ensemble.

Et quand je parle de coloration pop, je ne force pas le trait. L'histoire de Francis le délaissé que nous conte Ceschi puise au cœur même du genre, chez les Beatles. Plusieurs titres contiennent de fortes réminiscences des Fab Four, par exemple et plus que tout le superbe début en mandoline triste et en propos nostalgiques de "Frank Propose". Et c'est très bon. "They Hate Francisco False" est rempli de courtes mélodies d'une tristesse exquise, qu'il soit question de se noyer ses problèmes dans le sommeil ("Sleep", "Tiny Dream"), de déchéance humaine ("Shame" et son admirable articulation chant / rap), d'avenir indécis ("Not Sure" en compagnie de la charmante Penny), de la mort ("CT Dead", avec un étonnant numéro de chant sussuré par Xololanxinxo), de fin du monde (le posse cut "End of Skies" avec David Ramos, Shoshin et iCON the Mic King), ou du cœur du sujet, cet amour déçu qui a inspiré tout le disque ("Sweetest Friend"). Avec tous ces petits bijoux, cet album prend le chemin de son prédécesseur, il le dépasse même. Voilà déjà un incontournable de l'année rap 2006. Et tant pis si, en fait, "They Hate Francisco False" n'est pas vraiment un disque de rap.

Sylvain Bertot

Francisco False Theme
All Of Us
Sleep
Frank Propose
Shame
Calusses
Tiny Dream
Optical Illusion
Not Sure (feat. Penny)
CT Dead (feat. Xoloxanxinxo)
End Of Skies (feat. iCON the mic king, David Ramos, Shoshin)
Dripping
Sweetest Friend
Francis Display


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews