Charlie & Carla repartent en guerre

06/09/2006, par Luc Taramini | Autre chose |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Je vous parle d'un temps que les moins de etc. Mardi soir dans l'auditorium de la Cité de la Musique, Charlie Haden et Carla Bley, tous deux quasi septuagénaires, ont rejoué ensemble sous la bannière du Liberation Music Orchestra, 36 ans après sa création en pleine guerre du Vietnam. Avec la parution d'un nouveau CD "Not in Our Name", les deux chantres d'un jazz libertaire et rageur montrent qu'ils n'ont pas encore déposé les armes, ni renoncé à crier leur colère. Pourtant ce n'est pas de cela dont je veux vous parler mais plutôt de la fin du concert. Quand, à l'issue du set, sur un air jazzy digne d'une émission de TV Charity, Charlie et Carla tombent dans les bras l'un de l'autre. L'émotion est à son comble. Deux légendes vivantes se congratulent mutuellement, presque autant étonnés que le public de se voir encore là, debout, après tant d'années. Elle, squelettique, toute de noir vêtue, lui petit et enrobé dans un costume gris. Quelques minutes plus tard, ils reviennent pour le rappel. Sous le commandement suprême de la Lady au carré sévère, le big band repart à l'assaut de la salle dans un déluge de cuivres en fusion. Puis Carla, courbée sur son piano, entame son unique solo de la soirée. Un touché lent et précis, du swing mais pas d'esbroufe. Les notes s'échappent lentement en volutes éphémères. Encore quelques accords plaqués puis elle laisse la politesse au patron. "Vas-y, c'est ton tour Charlie" semble-t-elle lui dire en le désignant de la main. L'autre fait mine de ne pas comprendre puis entame un solo rugueux qui dure plusieurs minutes. Les musiciens respectueux écoutent le contrebassiste faire son job. Là encore, point d'esbroufe, ni de virtuosité extrême, seulement des notes justes, profondes, charnues. La quintessence. Puis Charlie et Carla quittent définitivement la scène d'un pas peu assuré, comme deux frères d'armes fatigués mais pas vaincus. Sans le rempart de leurs instruments, ils accusent leur âge et c'est peut-être cela qui est le plus beau.

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals