Sylvain Chauveau - Un autre décembre

album de la semaine du 05/03/2003, par Fred Tuc | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

SYLVAIN CHAUVEAU - Un autre décembre
(FatCat / Pias)

SYLVAIN CHAUVEAU - Un autre décembreAinsi me retrouvais-je avec ce disque inattendu, simplement magnifique et bouleversant d'humanité, et qui se décidait à me suivre toute l'année 2002 durant. "Nocturne Impalpable", album de la consécration pour Sylvain Chauveau et ode à la beauté élémentaire. J'en étais donc resté là avec ce homme - enfin il y eut Arca aussi, mais c'est encore une autre histoire - me demandant quand aurait lieu le second acte d'une pièce qui ne semblait que commencer et contenir des promesses que j'étais prêt à boire sans modération.
Sans jamais avoir eu à la vivre, j'imagine ce que doit être l'angoisse de la "suite". Comment donc faire suite à "Nocturne Impalpable" ? A l'écoute de "Un Autre Décembre", je me demande si l'homme qui se cache derrière tout cela est perméable à ce genre de préoccupations.
Passant de l'atmosphère chaude - rappelez-vous ce violoncelle - et confinée d'une chambre plongée dans l'obscurité à la luminosité d'un dehors froid et glacial, Sylvain Chauveau donne cette fois-ci le premier rôle à un piano, encore plus minimaliste que sur le précédent opus, égrenant ses notes comme des plumes tomberaient du ciel et donnant à l'ensemble du disque une coloration blanche inspirant des décors dépouillés. Variation instrumentale pour variation de température en somme.
Le contraste s'est d'autre part légèrement accentué entre les instruments classiques et les parasites électroniques : tandis qu'ils évoquaient auparavant les imperfections d'un corps magnifiquement suggéré par la pureté du violoncelle et du piano, ils tendent ici davantage à faire bande à part à trouver leur propre justification.
Je pourrais une fois de plus me hasarder à une métaphore sexuelle - ça ferait plaisir à Guillaume -, mais non, Sylvain Chauveau c'est au-delà de ça : cet homme a trouvé ce qui vibre en moi, ce qui anime certains de mes sentiments les plus profonds ; il a percé un secret intime, une faille dans mon âme. Et pour y parvenir, il n'a même pas enfoncé de porte ; il s'est contenté d'en ouvrir une, avec une infinie délicatesse.
Il y a une dimension essentielle et intemporelle dans la musique de cet homme ; quelque chose qui fait que chaque note semble pouvoir nous faire toucher du doigt une forme d'absolu, nous suspendre dans un vide silencieux. On nage en pleine beauté.

Fred

Minéral
Sous Tes Yeux Probablement
Granulation
Neuf Cent Lunes
Alors La Lumière Vacille
Granulation 2
Il Fait Nuit Noire A Berlin
La Lettre Qu'il N'envoya Jamais
Granulations 3
Un Autre Décembre
Du Rêve Dans Les Yeux

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» toutes les interviews