Chuck Johnson – Balsams

12/12/2018, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

Chuck Johnson - Balsams

C’est souvent au Larry’s Corner qu’on fait de belles découvertes musicales à Stockholm. Un récent dimanche après-midi, sur l’éternel canapé défoncé et pour une vingtaine de curieux bien renseignés, entre alt-folkeux et musiciens expérimentaux chevronnés (on y a cotoyé Ellen Arkbro dont l’album "For Organ & Brass" paru l’an passé a fait - et pour cause - grand bruit), nous assistons au concert de Fletcher Tucker et Chuck Johnson.

S’il est fort agréable d’entendre sur scène les compositions de "Cold Spring" par le boss du label Gnome Life, affairé entre pump organ vintage (une centaine d’années au compteur au bas mot), agitation de feuilles de lauriers et gratouillis de bols tibétains, nous sommes restés comme deux ronds de flan végan devant la prestation de Chuck Johnson.

Chuck Johnson est un guitariste finger picking très doué et qui a choisi, du moins sur ses récents enregistrements, de se la jouer ambient avec pour base… la pedal steel guitar, quelques claviers et une batterie de pédales pour sa petite cuisine. Voilà quelque chose pour le moins de très étonnant. Il faut le voir, on vous le recommande chaudement, assis devant son engin de redneck travailler dans les hautes sphères d’Eno, l’entendre gratouiller délicatement ses cordes puis le voir tordre ses sons pour les étirer, les lisser, les couler comme du nappage fin, superposer un mille-feuilles liquido-gazeux.

On retrouvera dans "Balsams", paru en 2017 chez VDSQ, le fond de sauce qui épiçait le spartiate "Ghost Tropic" de Songs:Ohia ou, mieux, du Hiroshi Yoshimura (ces bulles de Rhodes qui remontent et balisent les glissements de terrain) qui se serait perdu dans les delay délavés et sculptures sonores abstraites de Taylor Deupree. Une ambient americana, sans sentiments certes, mais pleine d’âme, puisqu’il faut bien inventer un terme pour approcher un peu de l’expérience d’écoute de ces biens beaux baumes consolateurs. Qu’on se le dise, voilà encore un bel album de sieste et un de ces objets sonores rares dont certains chasseront furieusement les exemplaires d’occasion dans quelques dizaines d’années. Vous aurez été prévenus. 

Avec l’aide de Johanna l’allongée D.u pré.

Acheter sur Amazon
  1. Calamus
  2. Riga Black
  3. Moonstone
  4. Eye on the Sparrow
  5. Labradorite Eye
  6. Balm of Gilead

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews