Color Cassette - Forever Sparrow

27/02/2009, par Christophe Dufeu | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

COLOR CASSETTE - Forever Sparrow
(Autres Directions In Music / La Baleine) [site] - acheter ce disque

COLOR CASSETTE - Forever Sparrow On devrait appeler ça du "blizzard rock" : un type de musique que l'on rencontre depuis quelques années et dont la principale caractéristique est de cacher ses qualités mélodiques sous des intempéries musicales de tout type, tout juste moins violentes que les averses de guitares de la noisy pop. Autant dire que le blizzard rock est d'un abord assez austère : des morceaux pop ou folk assez traditionnels, recouverts de bruitages légers (percussions en tous genres, électronique...), de textures empruntées à la musique contemporaine, aux influences noisy et au post-rock. Un genre qui concilie mélodies et expérimentations. Un genre finalement assez paradoxal puisqu'il faut prendre le temps de le percer, de le mettre à jour, de l'occulter finalement pour pouvoir en apprécier les trésors cachés.

On pourrait trouver plusieurs exemples dans la production récente (à commencer par certaines oeuvres de Felix Kubin si l'on pousse à fond le curseur électronique de cette définition) ou - vous me voyez venir - Color Cassette, le projet de Jason Corder. Car derrière cette pochette austère (pour ne pas dire hideuse), derrière les bruits d'eau, derrière les textures embrumées empruntées à Sigur Rós ou à Fennesz, derrière les choeurs d'âmes en peine, derrière la réverbération qui enveloppe la voix de Corder se trouvent de bonnes chansons. Un jeu de poupées russes pas toujours très avenantes et qui pourrait, hélas, en dissuader plus d'un. Et ce serait dommage de passer à côté des mélodies teintées de psychédélisme de "Lost at Least at Last", de l'envoûtant "Glass Ghosts" ou du très beau "Angels in Ashes" (et de son final au violon). Sans compter que Corder l'a construit comme un album-concept, un conte existentiel décliné en onze titres. Voilà donc un disque exigeant, d'un abord peu facile, mais qui mérite vraiment une immersion prolongée.

Christophe Dufeu

Black Nest Waters
Once Upon a Timid Willow
Fabel Cinder
Lost at Least at Last
Angels in Ashes
Little Yellow Light
Small Town Smoker
Glass Ghosts
Forever Sparrow
Ballad For a Yeller Bastard Bird
La Fin du monde

 

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals