Crooked Fingers - Dignity and Shame

03/10/2005, par | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

CROOKED FINGERS - Dignity And Shame
(Fargo / Naïve) [site] - acheter ce disque

CROOKED FINGERS - Dignity And ShameBien que les Crooked Fingers en soient déjà à leur quatrième album, ce groupe américain reste quasiment inconnu chez nous. Il en fut d'ailleurs de même pour la précédente formation d'Eric Bachmann, Archers of Loaf, active dans les années 90 et comparée à Pavement ou Superchunk. A l'écoute de "Dignity and Shame", on se dit que cet anonymat est injuste, quoique assez compréhensible. La musique de Crooked Fingers a un peu le cul entre deux chaises : elle est trop ancrée dans le registre "folk-rock indé US" pour prétendre à un crossover façon Andrew Bird ou Antony and the Johnsons ; en même temps, elle est sans doute trop éloignée de l'americana pur et dur pour séduire les fans rigoristes de Will Oldham et autres barbus. Mais si l'on laisse de côté ce problème de positionnement tout relatif, il est difficile de ne pas succomber à ces chansons remarquablement écrites, d'une évidence mélodique imparable. Doté d'une voix puissante dont la tessiture rappelle un peu Springsteen et le débit Dylan, Bachmann alterne intelligemment ballades, portées par la guitare acoustique, la pedal-steel et/ou le piano, et morceaux plus bruts dans la lignée des Replacements ou des albums solo de leur ex-chanteur Paul Westerberg. Avec, parfois, une petite épice en plus : une trompette de mariachi, utilisée avec plus de parcimonie que chez Calexico. Elle ajoute une touche morriconienne sur l'instrumental d'ouverture "Islero", et souligne la superbe mélodie vocale du très enlevé "Valerie". Quand s'y joint un autre ingrédient de choix, la voix fraîche de l'Australienne Lara Meyerratken, on frôle la félicité : ça s'appelle "Twilight Creeps" et, malgré ses 5 minutes 40, ça mériterait assurément d'être un tube. En attendant cet hypothétique triomphe, espérons que ce "Dignity and Shame" sans génie, un poil trop appliqué mais inspiré de bout en bout, trouvera au moins le public qu'il mérite.

Vincent Arquillière

Islero
Weary Arms
Call To Love
Twilight Creeps
Destroyer
You Must Build A Fire
Valerie
Andalucia
Sleep All Summer
Coldways
Wrecking Ball
Dignity And Shame


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews