Daddy G - Dj-Kicks

17/01/2005, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DADDY G - Dj-Kicks
(K7 / PIAS)

DADDY G - Dj-KicksDaddy G, co-fondateur de Massive Attack fait de nouveau parler de lui après avoir déserté un temps le navire. On l'avait croisé en août 2003, un pied dans le plâtre, aux côtés de son ex-compagnon de route 3D, lors de la dernière tournée du groupe qui passait par Rock en Seine.
Le voilà aujourd'hui qui s'offre une échappée en solitaire (narcissique ?) sur la prestigieuse collection DJ-Kicks pour notre plus grand plaisir. A l'écoute de la playlist classieuse que nous a concoctée le grand black de Bristol, on comprend mieux d'où venaient ces effluves de reggae roots, de dub et de soul qui truffaient les trois premiers albums de Massive Attack. Grant Marshall est un amoureux des métissages sonores comme 3D l'est de la Cold-Wave. Ses mixes ont cette élégance racée et cette fausse nonchalance à l'image de celui qui pose altier sur la pochette de l'album en seigneur du son revenu de tout. L'entame du MC rappelle les origines musicales de l'artiste lorsqu'il officiait au sein du collectif Wild Bunch au milieu des années 80. Aussitôt l'air familier d'"Armagideon Time" retentit et fait écho à la version livrée il y a plus de vingt ans par The Clash. On est vite en terrain familier et les enchaînements suivants ne sont que délectation : une version chaloupée de "Non Non Non" chantée en français par Melaaz, un renvoi d'ascenseur pour le frère d'armes Tricky sur "Aftermath", une embardée orientale du côté des Négresses Vertes et du maître Nusrat Fateh Ali Khan, avant de revenir à la soul d'Aretha Franklin, au Dub Paki (un "Frère Jacques" en anglais entêtant) et au répertoire de Massive Attack. Daddy G fait montre de son éclectisme et prouve qu'il n'a pas perdu la main quand il s'agit de distiller des basses bourdonnantes et des tempos lascifs qui ont fait sa marque de fabrique. Ici, point d'hystérie de dance floor mais plutôt un groove insidieux qui nous plonge dans une douce léthargie de salon. Une valeur sûre donc, sans grande surprise (l'homme n'a plus rien à prouver) mais diablement efficace. La paupière sera lourde à relever.

Luc Taramini

Intros
Armagideon Time
Rockfort Rock
Non Non Non
Aftermath
Just Kissed My Baby
Mustt Mustt
Face A La Mer
Karmacoma
Budy Bye
Signs
Here I Come
Oh Yeah
Inspection
I Against I
Rock Steady
Unfinished Sympathy


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals