Damon & Naomi - The Earth is Blue

09/02/2006, par Laurent Vaissière | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DAMON & NAOMI - The Earth Is Blue
(Acuarela / Differ-Ant) [site] - acheter ce disque

DAMON & NAOMI - The Earth Is BlueChacun, dès qu'il a le loisir d'écrire - plus ou moins régulièrement, hum...- sur les disques qu'il veut défendre, est saisi par le fantasme légitime de s'ériger en législateur d'un bon goût musical et en partisan de nobles causes souvent perdues d'avance. Avec le corollaire habituel : la déception et la frustration quand les "petits" groupes ou artistes dont il se fait le modeste porte-parole ne bénéficient pas de la reconnaissance ou du succès que le chroniqueur estime pourtant mérités. Vanité inutile : il suffit de rappeler que le moindre petit-groupe-français-tendance a plus vendu de disques que Nick Drake ne l'a fait de son vivant avec "Pink Moon". Et que L'Iliade et l'Odyssée ont également eu un peu moins de succès que le Da Vinci Code. La question est donc réglée et on n'écrira pas : "Damon & Naomi, groupe scandaleusement négligé etc". Prenons ce "The Earth is Blue" pour ce qu'il est à mes oreilles, pas pour ce qu'il pourrait ou devrait être aux yeux des autres. On a souvent accolé à la musique de Damon & Naomi des adjectifs comme "rêveuse", "douce", "atmosphérique", termes vrais mais réducteurs. Ici on a affaire à autre chose : excusez le cliché, mais en résumé et faute d'autre description plus brève, ce disque est une véritable œuvre de beauté naturelle. On connaissait déjà, par le parcours discographique du duo, leur don à créer des mini-univers calmes, intenses et fluides. Simplement, toute leur carrière aboutit aujourd'hui à la cristallisation de leur talent dans ce "The Earth is Blue ", quelques degrés de musicalité, de luminosité et de liberté en plus - peut-être le premier disque à faire totalement oublier leur précédent groupe, Galaxie 500. Dès la pochette (une vue de la Méditerranée depuis un promontoire à Tanger, la ville ouverte par excellence) et le titre, on comprend : à l'heure où les disques les plus populaires semblent être des cours accélérés d'histoire, "The Earth is Blue" est une ode rayonnante à la géographie, une invitation au trajet, un tribut au plaisir précieux de se promener entre les continents et les traditions. Une musique horizontale et accueillante, musique du monde en dehors de toute pesanteur et de tout pathos identitaire. Ici différentes formes se côtoient : pop (la reprise de "While my Guitar Gently Weeps" de George Harrison, encore plus poignante que l'originale), folk psychédélique ("Malibran"), tropicalisme ("Araça azul" de Caetano Veloso), jazz (une influence sensible par l'ambiance de torch song baignant l'album et les arrangements instrumentaux laissant de l'espace aux chansons). Pourtant, pas de folklore touristique exotique, ou de fusion abstraite. Plutôt une confrontation humaniste délicatement mise en harmonie par Damon & Naomi, qui souligne l'essence commune de leurs sources d'inspiration : une forme de soul music solaire, à la fois sereine et poignante. Une musique discrètement imprégnée d'une spiritualité subtile, non réductible à quelque religion que ce soit. Je vais être ironique : ce disque n'est pas du rock - il est fait par des gens trop intelligents, esthètes, cultivés, humbles. Et surtout détachés (privilège de l'expérience ?) des petits bastions des musiques habituelles (rock, pop, folk et tous leurs sous-genres). "The Earth is Blue" n'invalide pas ces disques qui font notre pain quotidien, mais il est définitivement à côté, en marge, dégagé des clivages, codes et artifices de l'actualité musicale. Une réussite qui renvoie à d'autres sommets atteints par quelques francs-tireurs historiques (Robert Wyatt, Tim Buckley). Pas tant une musique d'explorateurs acharnés à découvrir des territoires vierges que celle de voyageurs curieux et sensuels, créant leur propre parcours en dehors des chemins balisés, toujours amoureux du vaste monde.

Laurent Vaissière

Beautiful Close Double
A Second Life
Malibran
House of Glass
Sometimes
While my Guitar Gently Weeps
Ueno Station
The Robot Speaks
Araça Azul
The Earth is Blue

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews