Daven Keller - Réaction A

28/04/2008, par Christophe Patris | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DAVEN KELLER - Réaction A
(Le Village Vert / PIAS) [site] - acheter ce disque

DAVEN KELLER - Réaction A"Je manque de tout ce que je cherche / je cherche tout ce qui me manque"... Déjà quatre ans que Pierre Bondu nous gifla de ses refrains de velours implacables, sur un des albums de chanson française les plus indispensables de ces dernières années. À force de chercher ce "quelqu'un, quelque part" (qui l'attendrait sans le savoir), Bondu a bel et bien fini par quitter la terre et nous laisse aujourd'hui entre les mains de son mystérieux doppelgänger : Daven Keller. "Désormais solaire", le premier single, annonce d'emblée la couleur : réfugié derrière ses lunettes noires ultrasoniques, le freak Daven Keller a les yeux dangereusement tournés vers l'avenir. Non content d'avoir co-signé le "100% VIP" de Katerine, Bondu, sur des rythmiques à la Fischerspooner, se rêve à présent en Justin Timberlake halluciné, tournant le dos à la nostalgique vieille France et l'odeur de moisi qui s'en dégage. "Réaction A" est un disque plein de hargne, en forme de règlement de compte paranoïaque, qui semble sonner l'hallali contre cette malédiction que Bondu s'était lui-même infligé il y a quatre ans, lorsque, amer, il constatait : "Jamais je n'oublierai mes manières. Ma façon de marcher. Ma peur au ventre. Ma culpabilité chrétienne. Parce que je me connais mieux que personne." Il a beau se fuir et se cacher derrière Daven Keller, c'est pourtant bien lui qui, à la fin, vient recoller les morceaux du disque - rappelant au passage sur un interlude ironique pourquoi, avec ou sans pseudonyme, un chanteur est aujourd'hui souvent contraint de se serrer la ceinture. Revenu de sa quête d'Amérique, désintoxiqué de ses complexes, Pierre Bondu s'offre alors une syncope majestueuse, digne du parcours schizophrénique exemplaire de Goldfrapp. "Outre-Atlantique" et "L.A. Californie", qui clôturent l'album, voient Daven Keller déposséder le corps exsangue de Bondu et planer dans une semi-conscience cotonneuse, à la recherche d'une identité en guise d'oxygène. Ce disque maladif ne puisera finalement son sens qu'en réaction à son prédécesseur. Daven Keller serait-il ce "quelqu'un, quelque part" que Pierre Bondu, fatigué d'attendre, aurait fini par s'inventer ?

Christophe Patris

Indigène
Désormais solaire
Brune Nazareth
Freaks
Aujourd'hui comme demain
Paranoïaque
Hallali
Interlude
Outre-Atlantique
L.A. Californie

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals