Deer Tick - The Black Dirt Sessions

18/01/2011, par Luc Taramini | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DEER TICK - The Black Dirt Sessions
(Fargo Records) [site] - acheter ce disque

DEER TICK - The Black Dirt SessionsSouvenez-vous de Deer Tick, au moment de l'Eldorado Music Festival en septembre dernier, tout le monde en parlait. Ça frémissait sous le couvercle, ça arrivait pour la première fois en France. Promis, on allait se régaler. Mets goûteux. Viande de premier choix ! La quintessence du rock indie US du moment.
Sur scène, c'est vrai le groupe avait un petit quelque chose d'attrayant : un chanteur charismatique (bien qu'enrhumé), des mélodies efficaces et un je-m'en-foutisme étudié. Depuis j'ai écouté l'album en boucle, croyant y trouver un Graal fantasmé. Pas grave car j'avoue même prendre plaisir à m'offrir de temps à autre une petite rasade de Deer Tick. Ne serait-ce que pour le frisson de titres comme "Twenty Miles", "Goodbye, Dear Friend" et "Blood Moon", petits instants de grâce dans un disque trop souvent versé dans le maniérisme. Et je ne parle même pas du Barnum mystico-pompon des textes !
John McCauley, la voix et les tripes de cette formation de Providence (Rhode Island) sait assurément écrire des chansons. Le problème, c'est qu'il abuse vraiment trop souvent de son timbre éraillé, sursignifiant (pour employer une formule de communiquant) un propos parfaitement intelligible en l'état. On sait qu'il a mal quand il geint sur le piano ou la guitare, on comprend qu'il est énervé quand il lance un solo ad lib (cf. "Mange"). Parfois les choses prennent une tournure comique comme sur l'horripilant "Christ Jesus" où le refrain devient une supplique grand-guignolesque.
"The Black Dirt Sessions", leur troisième album, en trois ans, ne révolutionne rien et s'en fout. Il met juste en exergue un groupe qui sait manier le vocabulaire country, folk, et bluesy de ses pairs. Un rock viril de petits mectons de la ville se donnant des airs de prêcheurs au grand coeur. On en a croisé des formations de ce genre, on en croisera encore. N'en déplaisent à leurs adorateurs, Deer Tick n'est rien moins qu'un produit culturel standardisé en version indie venant roucouler à des oreilles plus formatées qu'elles ne veulent bien l'admettre.

Luc Taramini

acheter ce disque

 

Choir of Angels
Twenty Miles
Goodbye, Dear Friend
Piece By Piece and Frame By Frame
The Sad Sun
Mange
When She Comes Home
Hand in My Hand
I Will Not Be Myself
Blood Moon
Christ Jesus

Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews