Diane Cluck - Monarcana

15/09/2006, par Frédéric Antona | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DIANE CLUCK - Monarcana
(Very Friendly / Differ-Ant) - acheter ce disque

DIANE CLUCK - MonarcanaEnfer et caramels mous ! Diane Cluck se prendrait-elle pour Captain Beefheart ou les Residents ? Une chose est sûre: on a déjà vu plus accessible au royaume de l'antifolk. J'ai croisé pour la première fois le chemin de Diane Cluck il y a un peu plus d'un an, à l'occasion d'un concert d'Herman Düne. Elle nous gratifia alors d'un set acoustique particulièrement original, reposant sur des chansons véritablement composées, dans lesquelles on sentait clairement des influences peu communes et éminemment intéressantes. "Monarcana" tombe dans les bacs ces jours-ci et je ne peux que me rendre à l'évidence: la demoiselle a un truc qui la différencie clairement de toute la mouvance antifolk. Une vision qui tire ses origines ailleurs. Un Ailleurs où les voix s'entremêlent au son des tambours tribaux et à la lumière du feu. C'est un disque d'expériences variées, un carnet de voyages mis en musique par la princesse Diane.

Dire qu'un titre est meilleur qu'un autre sur l'album serait à la fois inutile et inapproprié. Le disque doit s'envisager comme un ensemble, une expérience sonore. Vingt-trois titres, quarante-huit minutes de musiques, pas un gramme de batterie, tout juste quelques percussions ici ou là. Et ces voix, encore et toujours, qui courent et jaillissent à chaque instant, entre église et cérémonie païenne (bonne définition de ce que doit être la musique rock, soit dit en passant). J'ai l'impression de voir surgir Nusrat Fateh Ali Khan à chaque refrain... Mais peut-on parler de refrain, de couplet ou de chanson véritable dans "Monarcana"? Ce sont davantage des "feelings" mis en musique, des ébauches qui prennent doucement forme. La pochette indique que le disque fût élaboré entre 2001 et 2004. Et il est clair que, bien que très lo-fi, chaque morceau a été cogité avant d'être couché sur bandes. C'est une cathédrale sensationnelle à laquelle nous avons à faire. Il doit même être difficile pour Diane de jouer les titres en live, de manière indépendante, tant on a la sensation qu'ils ne peuvent être compris que dans leur ensemble.

Diane Cluck signe avec "Monarcana" un des albums les plus passionnants de l'année. Aucune discussion à ce sujet. A ranger entre "Music From Big Pink" du Band et "Trout Mask Replica" de Captain Beefheart.

Frédéric Antona

Snake
Beatless Wonder
Real Good Time
Countless Times
Countless Times
Lucifer
Ribbon-Cutting Ceremony
Diamonds
Gardenovena
Leave Me Alone
My Virtve's Gone (Hooray Hooray)
Reverly
Dilapidalliance
Reveller
Modern Day
Parlor Trick
Pray Headaches Away
Honed Hemmed In
Nothing But God
If You See Sunlight


Acheter sur Amazon Écouter sur Spotify


les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews