Dirty Three - She has no Strings Apollo

26/03/2003, par Gildas | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DIRTY THREE - She Has No Strings Apollo
(Bella Union / Naive)

DIRTY THREE - She Has No Strings ApolloIl m'arrive rarement de me lever le matin en pensant au disque qui va m'accompagner pendant la journée. En général le matin, je pense à ne pas me prendre les pieds dans le coin de la table de chevet parce que ça fait mal, je pense à cet abruti de voisin qui se réveille pour la 20ème fois depuis le début du mois au son de "Marie", tube interplanétaire et interplanechiant qui me mine le moral à chaque écoute impromptue. Je pense enfin à mon bol de café sans lequel je ne vaux pas grand-chose. Seulement, depuis une semaine, je pense à des violons violents, à une batterie folle et aérienne et à une guitare volage. Depuis une semaine, je pense à ce nouvel album de Dirty Three qui me hante, dont je n'arrive pas à me séparer. Pourtant, je n'attendais rien de ce disque. En ce moment, la musique instrumentale m'ennuie et leur dernière livraison en collaboration avec Low est loin, très loin, d'être dans la liste de mes disques préférés. Pourtant, "She Has No Strings Apollo" est coincé dans mon lecteur de CD et je n'arrive pas à me défaire de sa beauté élusive. Les Dirty Three ont un secret de fabrication, un savoir-faire qui les sépare de la foule de leurs contemporains tâcherons d'une musique instrumentale prévisible et souvent pitoyable. Ils ont réussi à passer maîtres dans l'art du combat musical, leurs instruments affrontent les canons de la beauté et en sortent vainqueurs. Pas une seule fois ce disque n'a recours à une recette éculée, tout est neuf, tout est abrasif, même dans les moments les plus calmes de "Long Way to Go With no Punch" et de ses trois notes de piano : dans cette ritournelle minimaliste idéale, il plane toujours une menace, on sent bien que la musique peut basculer à tout instant. C'est cette instabilité, cette imprédictibilité de la musique des Dirty Three qui les rend si attachants. Ils évoluent sur une ligne ténue entre cauchemar et rêverie fantastique. Comme l'ange au-dessus des flots déchaînés de la très belle pochette, la musique des Dirty Three est en suspension. Belle, irréelle et pourtant magnifiquement concrète. Ce disque est un grand disque.

Gildas

Alice Wading
She Has No Strings
Long Way to Go With no Punch
No Stranger Than That
Sister Let Them Try and Follow
She Lifted The Net
Rude (and Some Slight Return)

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals
»» toutes les interviews