Disaster Plan - Recording : november 1999

20/06/2001, par Laurent Vaissière | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DISASTER PLAN - Recording : november 1999
(Way over there)

DISASTER PLAN - Recording : november 1999On connait surtout la scène musicale australienne indé par ses illustres représentants de la pop en clair-obscur, des Go-betweens à Sodastream. C'est oublier que l'internationale des musiques désenchantées a aussi un bureau fixe aux antipodes : des Dirty 3 à Disaster plan, les musiques décharnées et obscures ont droit de cité au soleil. Ne pas oublier également que Bill Callahan, le Smog en chef, a vécu quelques mois en Australie, juste le temps de propager son venin contagieux. Sur la plage, les sables (é)mouvants. Disaster plan, duo de Melbourne accompagné de quelques personnes, en est à son deuxième album, abandon et langueur au programme. Les amis d'Idaho, de Low ou Retsin, voire même de A silver Mt Zion, risquent fort de sympathiser avec Disaster plan : les australiens donnent l'impression d'être des cousins éloignés des groupes cités, le même air de famille mais des habitudes légèrement différentes. Certes, une trio de cordes rabat-joie tient la chandelle à des chansons tristes (Critical distance), la voix défaite et moqueuse de Richard Moffat accompagnant ces odes à toutes les démissions. Ailleurs, une ballade anémique à deux voix (Circling birds), ou une chanson country déstructurée (Theme from Rancho nostalgia) renforcent la parenté avec les cousins d'Outre-Atlantique. Mais rien à faire, des gènes ont du être égarés entre l'est et l'ouest du Pacifique : tout d'abord, la musique de Disaster plan évite tout enlisement dans la contrition, par un recours expressif et bienvenu à l'électricité. Surtout, cette musique pourtant peu démonstrative n'arrive pas à masquer ses origines : tout l'espace australien resurgit au détour d'un couplet ou d'un son, de même que l'ensemble du disque baigne dans une lumière particulière, à la fois diffuse et prégnante. Impossible à ce moment là de ne pas penser à ce titre-résumé -l'un des plus beaux jamais donnés à un disque- d'un certain Peter Walsh : "the evening visits and stays for years".

Laurent

Endless negociations
Critical distance
Safe harbour
How could you stop me from trying
I'm not here for your excuses
Easily optional
Circling birds
I am all ears
Headwind
Theme from Rancho Nostalgia
Expectant motherfucker

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals