Dondolo - Une vie de plaisir dans un monde nouveau

14/05/2010, par Mikaël Dion | Albums |
  • Facebook
  • Twitter
| permalien

DONDOLO - Une Vie De Plaisir Dans Un Monde Nouveau
(Division Aléatoire / Anticraft) [site] - acheter ce disque

DONDOLO - Une Vie De Plaisir Dans Un Monde NouveauOn avait quitté Dondolo en 2007 avec "Dondolisme", premier disque en forme de manifeste schizophrène, qui le voyait à la croisée des chemins : successivement french dandy déphasé, quelque part entre Katerine, Jacno et le Beau Bizarre ("Chanteur à succès", "L'amithomane", "Le jour d'après"), punk esthète ("Fluffy angel"), enfin mélodiste sensible et mélancolique (le chef-d'oeuvre "Let your daddy sleep", sous influence François de Roubaix).

2010 : la donne a changé. Revenu des postures, Romain/Dondolo semble décidé à laisser parler sa nature profonde : celle d'un amateur, au sens plein du terme, uniquement guidé par le principe de plaisir. Ce qui donne par exemple "Madnight Summer Dream" (sic), chanson idéale dont les paroles se résument à citer par le menu le tracklisting de "Feline" (1982) des Stranglers. À la fois geste iconoclaste (les paroles on s'en fout, ça sert à rien) et déclaration d'amour définitive à la musique (les chansons, c'est ce qui reste quand on a tout oublié), le morceau exprime sans retenue la sentimentalité premier degré du fan. C'est ce genre de détail, si anecdotique soit-il, qui fait toute la différence : entre le fétichisme postmoderne (qui ne parvient qu'à singer l'esprit, faute de s'en tenir à la lettre) et la naïveté pop la plus immédiate. Citons ici "Shimera", "Birdlandstorm", "I wanna discover you"... D'ailleurs Dondolo ne choisit pas entre bon et mauvais goût, évoquant aussi bien les riffs élastiques du Wire période "Pink Flag" ("Fauvisme") que les synthés coin-coin du générique de Wattoo Wattoo ("Pendant ce temps-là au château"). Peu importe : quel que soit le style abordé, c'est toujours frais, concis et ludique. Je dis "ludique" et non pas "fun" (je n'ai rien contre le fun, simplement je préfère la musique) : car Dondolo n'a rien d'un groupe gag façon Stupeflip, ou plus récemment Naïve New Beaters. À cet égard, ne pas se fier au titre faussement ironique de l'album : le monde nouveau, c'est le nôtre, où plus rien n'est sûr au point que tout est permis (à condition quand même de ne pas faire n'importe quoi). Justement, passé le nihilisme et le second degré, qu'est-ce qui reste ? Réponse : les chansons (encore et toujours). Aussi dérisoire que cela paraisse, en écrire, en écouter, c'est une raison suffisante pour continuer à vivre, et même à se battre. Dondolo l'a compris : il compose celles qu'il a envie d'entendre, sans calcul aucun, sans arrière-pensée. Le plaisir : faire sérieusement ce qu'on aime, sans se prendre au sérieux. C'est celui de Dondolo, c'est aussi le nôtre.

Mikaël Dion

acheter ce disque

Fauvisme
La Longue Marche
Madnight Summer Dream
Shimera
Extinction n°6
Pendant ce temps-là au château
La Vraie Vie des milliardaires
Birdlandstorm
I Wanna Discover You
406
Une Vie de plaisir dans un monde nouveau

 

les derniers articles


»» tous les articles
»» toutes les chroniques de disque
»» tous les posts du blog
»» tous les CR de concerts et festivals